Des sénateurs PCF demandent le retrait de la plainte pour séquestration déposée contre les personnels de l’AP-HP

Les sénateurs du groupe CRC-SPG (communistes et Parti de gauche) ont demandé mercredi à la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris de « renoncer à la plainte » déposée contre des personnels hostiles à la restructuration de l’AP-HP, à la suite de plusieurs rétentions de cadres.

Dans un communiqué, Nicole Borvo Cohen-Seat, sénatrice de Paris, et l’ensemble des membres du groupe CRC-SPG, « demandent à la direction de l’AP-HP de renoncer à la plainte qu’elle a déposée contre ses personnels et les assurent de leur soutien dans leur défense du formidable outil de santé publique, de prévention et de recherche » qu’est l’AP-HP.

Ils demandent également, « conformément à la motion adoptée par le conseil d’administration de l’AP-HP, que le gouvernement et la direction de l’AP-HP renoncent au projet de suppressions d’emplois qui aura pour effet de dégrader un peu plus les conditions de travail des personnels et par conséquent, la qualité d’accueil et de soins ».

« L’explosion de la pénibilité liée au travail et des inégalités en matière de santé, exigent des pouvoirs publics qu’ils renforcent à la fois le dialogue social et le service public de santé », selon les sénateurs pour qui l’AP-HP « subit à la fois les contrecoups d’une politique de rigueur économique sans précédent et un mode de tarification (T2A, tarification à l’activité) inadapté à l’accomplissement des missions de service public qui sont les siennes ».

Au cours des deux dernières semaines, l’AP-HP, et au moins huit de ses cadres, ont saisi la justice et « porté plainte pour séquestration » après plusieurs rétentions.

Paris, le 31 mars 2010 (AFP)


Laissez votre avis