Edito : « Lagarde » rapprochée de l’assurance

En début de semaine Christine Lagarde est revenue à la charge. La ministre de l'Économie souhaite s'attaquer aux modalités de résiliation des contrats d'assurance

En début de semaine Christine Lagarde est revenue à la charge. Cette fois, la ministre de l’Économie souhaite s’attaquer aux modalités de résiliation des contrats d’assurance. La patronne de Bercy semble s’intéresser de très très près au secteur de l’assurance, de quoi éveiller la curiosité…

Lundi, celle qu’on surnomme « Marie-Antoinette » a déclaré vouloir instaurer un seul et unique délai pour résilier sa police d’assurance. Dans une interview donnée au Parisien, Christine Lagarde explique que « tout le monde devra être systématiquement averti vingt jours avant la date anniversaire de son contrat ». Elle insiste en déclarant que « tout assuré doit savoir qu’il a la possibilité de résilier sa police d’assurance » (auto/ moto, habitation ou encore complémentaires santé individuelles). Tiens ? Revoilà la patronne de Bercy qui met son nez dans les petites affaires de l’assurance…

Largement impliquée dans la signature de la convention Aeras ( s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) en février dernier (voir notre reportage sur le sujet), Christine Lagarde semble surveiller attentivement le monde de l’assurance. Après être montée au créneau fin 2010 suite à l’annonce des hausses de tarifs de l’assurance pour 2011, la ministre de l’Économie a remis le couvert lundi.

Un secteur opaque et mal en point ?

Christine Lagarde aurait-elle des atomes crochus avec l’assurance, ou veut-elle simplement mettre de l’ordre et de la transparence dans tout ça ? En tout cas, l’ancienne chairman du prestigieux cabinet d’avocats Baker & McKenzie intervient sans retenue quand elle sent que les choses dégénèrent. On se souvient qu’en 2008, elle n’avait pas hésité à revenir à la charge pour faire cesser les pratiques de certains assureurs à propos d’offres d’assurance-vie trop alléchantes. Dernier recours de caractère, la ministre de l’Économie sait se faire obéir.

Au final, depuis qu’elle est en place, jamais le secteur de l’assurance n’avait bénéficié d’un tel « coup de projecteur » ! Tacite reconduction, meilleure information de la part des assureurs, plus grande clarté chez les comparateurs, bref, tout y passe. La femme est sur tous les fronts. Certains trouveront cette position normale et rassurante pour une ministre de l’Économie, d’autre pourront y voir une « reprise en main » d’un secteur opaque, parfois encore incompris du grand public. Quoiqu’il en soit, Christine Lagarde veille à plus de transparence dans l’assurance et semble y mettre l’énergie nécessaire, une bonne nouvelle quand on sait que l’assurance n’a pas bonne presse par les temps qui courent.


Laissez votre avis