Edito : L’assurance ne prend pas de vacances

Il fait beau et chaud sur la France. Les rues se parent de tenues estivales, les automobilistes suffoquent dans leurs voitures et tous ne pensent qu’à une chose, qui s’étalera de samedi à la fin août : les vacances.

Dans quelques jours, les écoles fermeront leurs portes et enverront les chères têtes blondes dans ces très longs congés annuels. Et les familles, ainsi regroupées pour le grand raout estival prendront voitures, trains, avions et se transporteront sur leurs lieux de vacances, en espérant que tout se passera bien.

Soyons francs, de bonnes vacances, ce sont des vacances sans parler d’assurance. C’est dommage pour nous – mais nous continuerons à vous en parler pendant ces deux mois d’été – mais c’est tout ce que nous pouvons vous souhaiter.

Pas d’assurance annulation, pas d’assurance contre le vol, en auto comme en habitation, pas d’assurances intempéries, assurances incendie, assurances bris de glace, assurances rapatriement, assistance dépannage, assistance médicale, assurance santé, assurance décès, assurance vie, assurance catastrophe naturelle, assurance retraite… Deux mois de paix sans avoir à contacter votre assureur !

Et nous nous retrouverons tous, en septembre, pour parler de ces sujets « chauds » : les retraites et les couvertures complémentaires, la dépendance et les propositions de l’assurance, les catastrophes naturelles que la nature ne manquera pas de déclencher cet été, et toutes les autres, petites et grandes garanties, qui finalement, régissent un peu nos vies.

L’assurance, elle, vous attendra, comme tous les ans, d’abord pour encaisser vos cotisations, ensuite pour vous indemniser. Si besoin. Ce qu’on ne vous souhaite pas…
Bonnes vacances pour certains et à dans deux semaines pour les autres !


Laissez votre avis