Grippe : aucune preuve attestant que le Tamiflu soit efficace contre les complications

Il n’y a pas de preuve absolue que le Tamiflu, l’antiviral le plus utilisé contre la grippe soit réellement efficace pour prévenir les complications telles que la pneumonie chez les personnes par ailleurs en bonne santé, selon une analyse d’experts publiée mardi.

Une enquête, menée conjointement par le British Medical Journal et la télévision britannique Channel 4, note que le Tamiflu réduit modestement les symptômes de la maladie (d’une journée) mais que les données sur une éventuelle réduction des complications restent insuffisantes.

Cette étude actualise une enquête publiée en 2005 par la base de données Cochrane.

L’équipe conduite par le Professeur Chris Del Mar (Université de Bond, Australie) a analysé 20 essais cliniques. Les chercheurs déplorent “le peu de données de qualité” fournies par les auteurs des essais ou le laboratoire Roche qui fabrique le Tamiflu, conduisant à écarter huit essais de l’étude de 2005 qui ne pouvaient pas être vérifiés de façon indépendante.

Les effets de l’oseltamivir (molécule du Tamiflu) pour réduire le risque de complications de la grippe chez l’adulte sans autre maladie sont jugés “peu fiables”. Pour le Pr Nick Freemantle et le Dr Melanie Calvert, de l’Université de Birmingham, “l’oseltamivir peut réduire le risque de pneumonie chez des personnes par ailleurs en bonne santé qui auraient contracté la grippe”.

Cependant, “le bénéfice est mince, et les effets secondaires et la sécurité d’emploi doivent être considérés”.

Pour les chercheurs, cette réévaluation questionne non seulement l’efficacité du Tamiflu, mais “tout le système par lequel les médicaments sont évalués et contrôlés et la promotion qui en est faite”. Ils concluent que le Tamiflu, vu son efficacité modérée, ne devrait pas être utilisé de façon routinière contre la grippe saisonnière, même si les preuves d’effets secondaires graves sont limitées. De nouveaux essais indépendants devraient être menés.

Lors d’une conférence de presse téléphonique mardi, Roche a affirmé qu’il “confirmait la solidité et l’intégrité des données prouvant l’efficacité et la sécurité du Tamiflu et la conduite des essais cliniques”. Il souligne que selon des données américaines, l’utilisation d’antiviraux est “la seule intervention qui fasse une différence dans l’évolution clinique  de patients hospitalisés, dans les deux jours suivant l’apparition des symptômes”.

Le Tamiflu est commercialisé depuis 10 ans, et a été utilisé par 68 millions de personnes dans le monde entier, rappelle Roche.

Paris, 8 déc 2009 (AFP)


Laissez votre avis