Grippe : les patients à risques doivent rapidement prendre les antiviraux

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé jeudi aux médecins d’administrer rapidement des antiviraux aux patients à risques pour éviter le développement de maladies graves et l’engorgement des hôpitaux.

Ces recommandations visent trois groupes à risques, a indiqué une experte de l’OMS, le docteur Niki Shindo, au cours d’une conférence de presse. “Premièrement, les personnes à risques ont besoin d’être traitées avec des antiviraux le plus tôt possible lorsqu’elles ont des symptômes de la grippe, soit les femmes enceintes, les enfants de moins de deux ans et les individus atteints d’affections sous-jacentes”, a-t-elle expliqué.

Les deux autres groupes à risques auxquels doivent être rapidement administrés des antiviraux englobent les personnes dont les symptômes s’aggravent vite, notamment éprouvant des difficultés respiratoires et ayant une fièvre élevée pendant plus de trois jours, ainsi que les individus qui sont atteints de pneumonie. Ces derniers doivent également recevoir des antibiotiques, selon l’OMS.

Le docteur Shindo a toutefois insisté sur le fait que la “vaste majorité” des cas de grippe H1N1 étaient légers et que les personnes se remettaient de la maladie en quelques jours sans aucun traitement ni aucune hospitalisation. Elle a également indiqué que l’OMS ne recommandait pas aux personnes en bonne santé de prendre des antiviraux de “façon préventive” ou en cas de “léger refroidissement”.

L’OMS a décidé de revoir ses recommandations à la suite d’études démontrant que l’administration de médicaments comme le Tamiflu permettait d’éviter l’apparition de cas sévères pouvant entraîner le décès du patient en quelques jours.

Par ailleurs, le docteur Shindo a signalé que trois pays, l’Ukraine, l’Afghanistan et la Mongolie, avaient enregistré des “engorgements” d’hôpitaux en raison de la grippe H1N1.

Dans le cas de l’Ukraine, la proportion des cas graves reste pour l’instant inférieure à celle enregistrée dans l’hémisphère sud. Des personnes semblent avoir été admises dans les hôpitaux avec des symptômes légers, a précisé le docteur Shindo.

Selon les dernières données de l’OMS publiées vendredi, la grippe H1N1 a fait au moins 6.071 morts dans le monde depuis son apparition il y a sept mois.

Genève, 12 nov 2009 (AFP)


Laissez votre avis