Vaccin contre la grippe : Pas d’augmentation notable du syndrome de Guillain-Barré

Les vaccins avec adjuvants utilisés en 2009 contre la grippe pandémique n’ont pas entraîné une augmentation substantielle du risque de syndrome de Guillain-Barré, selon une étude européenne publiée mercredi 13 juillet dans le British Medical Journal (BMJ).

L’association entre la vaccination antigrippale et la survenue d’un syndrome de Guillain-Barré a été évoquée pour la première fois en 1976 aux Etats-Unis, conduisant à l’interruption de la campagne vaccinale. Le risque attribuable à la vaccination avait été estimé à environ 1 cas de Guillain-Barré pour 100.000 vaccinés.

Depuis, plusieurs études sur la vaccination contre la grippe saisonnière ont été conduites, ne montrant pas d’association avec le syndrome de Guillain-Barré ou seulement un risque très faible.

Le syndrome de Guillain-Barré est une atteinte des nerfs périphériques qui se traduit par une paralysie progressive. Dans la majorité des cas, les personnes atteintes récupèrent leurs capacités physiques au bout de 6 à 12 mois, mais environ 5% décèdent et environ 10% conservent des séquelles motrices.

Vague de défiance avec H1N1

Dans deux tiers des cas, la survenue du syndrome de Guillain-Barré est précédée d’une infection virale ou bactérienne. La grippe est ainsi considérée comme un des facteurs de risque possible.

La pandémie grippale due au virus A(H1N1) en 2009 a soulevé une vague de défiance envers les vaccins développés spécifiquement contre ce nouveau virus, en particulier ceux comportant un adjuvant, une substance stimulant le système immunitaire.

L’étude publiée mercredi, financée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), a été menée par un consortium de chercheurs européens sur une population de 50M de personnes dans cinq pays ayant utilisé des vaccins pandémiques avec adjuvant (Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni, Danemark, France).

Moins de 3 cas de syndrome par million de personnes vaccinées

Les chercheurs ont mis en correspondance un total de 104 cas de Guillain-Barré avec un échantillon de personnes ne présentant pas le syndrome et n’ont pas trouvé d’association entre la maladie et la vaccination.

Ils soulignent toutefois qu’ils n’ont pas pu exclure la possibilité d’une faible augmentation du risque. Ils estiment cependant ce risque inférieur à trois cas de syndrome de Guillain-Barré par million de personnes vaccinées.

“Cette étude confirme que les vaccins adjuvantés contre la grippe pandémique A(H1N1) n’ont pas accru le risque de syndrome Guillain-Barré de façon substantielle, voire pas du tout”, ont-ils conclu.

Paris, le 13 juillet 2011, AFP


Laissez votre avis