Trophée Jules Verne : Groupama 3 voit fondre son avance

Faisant route vers l’est, c’est un véritable retour de bâton pour le maxi-trimaran de Franck Cammas. Les marins sont obligés de composer avec une météo très défavorable qui ne leur propose qu’une petite dizaine de noeuds de vitesse. Pendant ce temps, l’avance fond à vue d’oeil et n’est plus que de 120 miles (point de 7h UTC).

L’option de route à l’ouest au large du Brésil avait permis à Groupama 3 d’accroître son avance sur le temps de référence et sur les prévisions. Elle peut surtout leur permettre de naviguer sans prendre de retard pendant la vingtaine d’heure qui s’annoncent compliquées.

La météo n’est plus du tout favorable et le maxi-trimaran, qui voguait proche des 30 noeuds, doit maintenant se contenter d’une quinzaine dans les bons moments. La faute à « L’anticyclone de Sainte-Hélène […] scindé en plusieurs cellules » qui n’offre que de courts temps de vent.
Lors de la vacation de mercredi, le skipper annonçait « On cherche toujours à gagner le plus vite possible dans le Sud pour attraper les dépressions. Mais le premier front avec du vent de Sud-Ouest n’arrivera que jeudi soir ».

Groupama 3 se rapproche du 40° sud, point d’entrée dans la zone de dépression des 40èmes rugissants et doit espérer limiter la casse d’ici là. L’avance, qui était de 600 miles est maintenant de 118,5 miles (à 8h heure française). Le team ne prévoit d’ailleurs pas que Groupama 3 puisse passer la ligne symbolique du Cap de Bonne Espérance dans les temps d’Orange 2, qui avait réalisé le parcours Ouessant – Cap de Bonne Espérance en 14j 08h et 19s.

Avant d’en arriver là, et à la suite de la course qui s’annoncera forcément palpitante avec ce resserrement des écarts, il faut que Franck Cammas et son équipe retrouve les vents.


Laissez votre avis