Les Agences régionales de santé appelés à faciliter l’accès à l’IVG

Le ministre de la Santé va demander aux Agences régionales de santé (ARS) de garantir un égal accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) sur le territoire et prévoit une consultation médicale gratuite et anonyme pour les mineures, a-t-elle indiqué vendredi dans 20 Minutes.

Mme Bachelot a par ailleurs indiqué que le gouvernement allait augmenter de 10% la rémunération pour les établissements pratiquant l’IVG.

“Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui sera rendu public la semaine prochaine, il y a de fortes disparités régionales”, a constaté le ministre, relevant notamment que 61% des IVG sont médicamenteuses en Picardie, contre 38% en France-Comté. “Je vais donc demander aux agences régionales de santé (en cours de mise en place, ndlr) de mailler le territoire pour que toutes les femmes puissent bénéficier d’une prise en charge précoce”, a-t-elle expliqué.

Le gouvernement va par ailleurs “donner aux mineures la possibilité de consulter gratuitement et anonymement un médecin généraliste pour accéder à la contraception”, pour répondre notamment aux problèmes des territoires ruraux, où l’accès aux centres de planification est difficile.

Un plan d’information pour les jeunes est actuellement en préparation. “Nous allons aussi mobiliser les médecins et infirmières scolaires”, a dit le ministre. Par ailleurs, les établissements pratiquant l’IVG verront leur rémunération augmenter de 10%, après un relèvement de “60% depuis 2008”, a-t-elle ajouté

Le mouvement du Planning familial avait déploré lundi que le rapport de l’Igas sur l’IVG ne soit toujours pas publié, dans un contexte “où l’accès des femmes à l’avortement est de plus en plus fragilisé”.

Plusieurs élus PS parisiens et franciliens, la CGT et des associations féministes se sont élevés ces dernières semaines contre la fermeture de centres d’IVG dans les hôpitaux en Ile-de-France.

PARIS, 30 jan 2010 (AFP)


Laissez votre avis