Les cliniques s’inquiètent de la dégradation de leur situation économique

La situation économique des cliniques privées s’est dégradée en 2008 selon la Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP), qui a pointé jeudi des remboursements jugés trop faibles de l’assurance maladie aux établissements et les dépassements d’honoraires des médecins.

“42% des cliniques étaient en déficit en 2008 contre près d’un tiers en 2007”, a indiqué la FHP, se basant sur les résultats d’un échantillon de 114 cliniques privées dans le domaine de la médecine, de la chirurgie et de l’obstétrique (soit 17% des établissements privés de ce domaine dit MCO).

“Le chiffre d’affaires des établissements privés a connu la plus faible croissance (+1,08%) constatée depuis 2005, avec un résultat net en baisse de 1% du chiffre d’affaires”, a précisé Lamine Gharbi, le président de la FHP-MCO, une branche de la FHP.

“Nous sommes préoccupés par cette dégradation des résultats et notamment par la chute continue de la part de l’assurance maladie dans le chiffre d’affaires depuis 2006: ses remboursements ne couvrent pas les charges engagées”, a affirmé M. Gharbi.

Dans le cadre de la tarification à l’activité, l’assurance maladie rembourse aux cliniques des sommes sur la base de tarifs prédéfinis pour chaque acte médical. Ces remboursements ont représenté en 2008 88,2% du chiffre d’affaires des cliniques de l’échantillon. Le reste de leur revenu provient de “recettes annexes” (comme les tarifs des chambres facturés aux patients).

La FHP juge que les tarifs définis pour le privé, différents de ceux appliqués au secteur public, sont trop bas et que cela explique en partie les difficultés économiques des établissements. “Ce qui nous pénalise aussi, ce sont les dépassements d’honoraires” facturés aux patients par les médecins exerçant en cliniques, a ajouté M. Gharbi. Selon lui, “les patients comparent, font faire des devis” et cela provoque un “transfert d’activité” vers les hôpitaux publics.

Paris, 18 nov 2009 (AFP)


Laissez votre avis