Médicaments génériques : Un réflexe qui peine à prendre sa place malgré les garanties offertes

Même si la part de marché des génériques a augmenté de manière sensible en France, nombreux sont les patients qui sont encore assez réticents à la substitution. À l’origine de ce frein ? Une multitude de questions restées sans réponses.

Qu’est-ce qu’un médicament générique ?

Ce n’est ni une contrefaçon, ni un médicament au rabais. Le médicament générique est la copie d’un médicament original dont le brevet est tombé dans le domaine public.

Tous les médicaments ont-ils leur générique ?

Non, les médicaments qui sont encore protégés par un brevet n’existent pas sous forme générique.

Quels sont les professionnels de santé habilités à proposer des médicaments génériques ?

Le médecin traitant peut prescrire un médicament générique qu’il jugera adapté à l’état de santé de son patient. Sur l’ordonnance, il indiquera le nom de marque du médicament suivi du suffixe « Gé », ou bien le nom du composant actif du médicament. Le pharmacien, peut, quant à lui, substituer le médicament prescrit par un médecin par le médicament générique équivalent.

Peut-on être assuré de leur efficacité ?

Copies conformes des médicaments originaux, les médicaments génériques sont à la fois sûrs et efficaces. Comme tous les médicaments, les génériques répondent à des exigences strictes de qualité. Les producteurs de médicaments génériques doivent fournir les preuves de la qualité irréprochable de la fabrication et des matières premières entrant dans la composition d’un produit fini. De plus, tous ces critères sont validés et contrôlés par l’Agence française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (*). Enfin, un médicament ne peut être commercialisé sans l’Autorisation de Mise sur le Marché (l’A.M.M). Obligatoire, l’A.M.M constitue la garantie officielle de l’efficacité et de la sécurité d’un médicament.

Les médicaments génériques soignent-ils toutes les maladies ?

Une majorité de maladies, qu’elles soient aiguës (infections, mal de dos,…), chroniques (hypertension artérielle, diabète, bronchite,…), bénignes (toux, mal de tête,…) ou sérieuses (infarctus, cancer,..) peuvent être traitées au moyen des génériques. De plus, les médicaments génériques existent sous de nombreuses formes : comprimé, gélule, sirop, injectable, collyre,…

Pourquoi le prix des médicaments génériques est-il moins élevé ?

Le prix des médicaments génériques ne prend en compte que les coûts occasionnés par leur fabrication. Ce qui n’est pas le cas pour les médicaments non-génériques qui supportent, en plus, le coût de leur mise au point et de leur commercialisation. Pendant vingt ans, la découverte d’un médicament est protégée par un brevet. Cette protection commence dès le développement de la molécule, aussi une fois commercialisé, en réalité le médicament est protégé entre 8 et 12 ans. Quand le brevet arrive à échéance, le médicament appartient au patrimoine scientifique commun et il peut donc devenir un médicament générique. Tous les laboratoires pharmaceutiques ont alors le droit de produire une forme générique de ce médicament.

En quoi les médicaments allègent-ils les dépenses de santé ?

Leur prix étant moins élevé, leur remboursement coûte forcément moins cher à la collectivité. Les économies ainsi réalisées peuvent alors être utilisées pour financer la recherche de nouveaux médicaments et améliorer la prise en charge de certaines maladies. Pour les patients, tout est transparent, les médicaments génériques sont remboursés de la même façon par les caisses d’assurance maladie et par les mutuelles.

Les médicaments génériques pénalisent-ils les efforts de recherche des laboratoires ?

Prétendre que le développement des génériques puisse constituer un frein à la recherche et au développement de molécules innovantes est une contre-vérité.

Il suffit de s’arrêter un instant sur l’exemple des Etats-Unis pour s’en convaincre : alors que les génériques occupent dans ce pays près de 50% de part de marché, la recherche pharmaceutique outre atlantique est la plus dynamique du monde. Ce sont des situations que l’on peut constater également en Allemagne et en Grande-Bretagne.

Quel est l’enjeu économique des médicaments génériques pour la France ?

Il est utile de rappeler qu’en France, la consommation de médicaments est deux à trois fois supérieure à celle des autres pays européens. Malgré les prix relativement bas en France des produits originaux, les génériques peuvent être vendus 30 à 40% moins cher. Une large utilisation des génériques permettrait de réaliser une économie de 457 à 762 millions d’euros.

Bon à savoir : tiers-payant et médicaments génériques

Pour inciter l’usage des génériques, dans plusieurs départements, les pharmaciens réservent désormais le bénéfice du tiers-payant aux assurés qui acceptent la délivrance de médicament. En d’autres termes, tout patient qui refuse un médicament générique sera certes remboursé normalement de son médicament, mais il devra systématiquement faire l’avance des frais. Une mesure qui pourrait s’étendre sur toute la France.

(*) L’AFFSSAPS a pour mission de garantir l’efficacité, la qualité et le bon usage de l’ensemble des produits de santé destinés à l’homme, notamment les médicaments. Elle publie le Répertoire officiel des groupes génériques, et le met à jour régulièrement. Vous pouvez le consulter sur son site internet : www.agmed.sante.gouv.fr

Source : Vauban Humanis


Laissez votre avis