Quatorze mois après Klaus, seuls les sylviculteurs n’ont pas été indemnisés

Un peu plus d’un an après le passage de la tempête Klaus, qui a balayé le Sud-Ouest en janvier 2009, la plupart des 740.000 sinistres recensés ont été indemnisés et seuls les sylviculteurs, qui ne bénéficient d’aucune assurance, n’ont toujours pas obtenu de compensation.

D’après la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), le total de indemnisations s’est élevé à 1,68 milliard d’euros.

Dans le détail, 580.000 déclarations concernaient des dégâts sur les habitations – l’indemnisation moyenne s’est élevée à 1.700 euros, pour un total de un milliard d’euros -, 48.000 sinistres relevaient de dommages sur des véhicules (1.400 euros par dossier, pour un total de 68 M EUR) et 112.000 déclarations concernaient des dégâts professionnels (dossier moyen: 5.400 euros, total 610 M EUR).

“Pour ce qui était assurable, il n’y a pas eu de problème”, explique Jean-Paul Le Tyrant, maire de Saint-Martin-d’Oney (Landes), bourgade de 1.300 habitants à une quinzaine de kilomètres de Mont-de-Marsan. En revanche, “nous n’avons rien reçu pour l’instant” pour compenser les pertes engendrées par la destruction de la forêt, ajoute-t-il.

La commune de Saint-Martin-d’Oney possède par exemple 180 hectares de pin maritime, dont la majorité a été détruite, et qui rapportaient en moyenne 15.000 à 20.000 euros par an, destinés à l’investissement.

Le plan de soutien mis en place par l’Etat prévoit des aides pour la valorisation du bois arraché et le reboisement, mais aucune compensation pour les pertes d’exploitation, or la forêt n’est pas assurée.

Au conseil général des Landes, qui a débloqué 7,5 millions d’euros à destination des communes qui avaient subi des dégâts sur des biens non-assurables, aucun problème concernant l’indemnisation des particuliers ou des collectivités n’a été signalé.

Quatre mois après la tempête, Colette Desclaux, propriétaire d’un camping “dévasté” à Andernos-les-Bains, a elle été indemnisée à hauteur de 700.000 euros. Une somme et un délai qu’elle estime raisonnables.

Les chiffres définitifs sur le coût pour les assureurs de la tempête Klaus n’ont pu être livrés par la Fédération française des sociétés d’assurances qu’en février 2010. Mais d’après elle, à ce jour, l’ensemble des indemnisations ont été versées.

Bordeaux, 6 mars 2010 (AFP)


Laissez votre avis