Risques solaires/Prévention : Attention aux idées reçues

Les séances d’UV en cabine de bronzage préparent la peau au soleil.
FAUX ! Le bronzage artifi ciel n’a pas d’effet protecteur et ne prépare pas la peau au bronzage. Au contraire, les UV artificiels reçus en cabine de bronzage ne font que s’ajouter à ceux reçus du soleil et augmentent le risque de cancer. La fréquentation des cabines de bronzage est donc fortement déconseillée.

La crème solaire suffit à protéger la peau du soleil.
FAUX ! Même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV : “l’écran total” n’existe pas. Par exemple, appliquée dans les doses recommandées, une même crème solaire indice 50+ laissera encore passer 2% des UV. Son utilisation ne permet donc pas de s’exposer plus longtemps.

Même bronzé, il faut continuer de se protéger.
VRAI !
Le bronzage est une «barrière» naturelle fabriquée par la peau pour se protéger du soleil. Elle représente un indice de protection entre 3 et 5, mais est superficielle et ne filtre qu’une partie des UV. Une peau bronzée est moins sensible aux coups de soleil, mais n’est pas protégée contre le risque de cancer.

Le risque n’est pas lié à la sensation de chaleur mais à l’intensité des rayons UV.
VRAI ! Méfiez-vous des fausses impressions de sécurité lorsqu’il fait plus frais, sous un ciel nuageux ou avec du vent car les UV passent !

Le danger vient uniquement des coups de soleil.
FAUX ! Il vient également des « doses » d’UV reçus tout au long de la vie. A chaque nouvelle exposition sans protection, les UV reçus s’accumulent et augmentent les risques pour la peau et les yeux.

La réverbération du sol augmente l’exposition avec une intensité variable.

VRAI ! L’herbe, la terre et l’eau réverbèrent moins de 10 % du rayonnement UV alors que cette proportion peut atteindre 80 % pour la neige fraîche, environ 15 % pour le sable sec d’une plage et 25 % pour l’écume de mer.


Laissez votre avis