Séisme de L’Aquila : un an après, la ville est toujours en ruine

L’Aquila commémore lundi et mardi le violent séisme qui avait fait 308 morts le 6 avril 2009 et transformé en champ de ruines cette ville du centre de l’Italie, encore envahie par des tonnes de gravats la rendant inhabitable.

Au programme: dépôt de couronne et conseil municipal extraordinaire lundi soir, suivis d’une marche aux flambeaux au milieu des décombres et d’une messe, puis, mardi, un grand cortège des habitants avec lâcher de ballons. Triste anniversaire alors que le centre historique de L’Aquila, cité médiévale au riche patrimoine artistique, est toujours une ville morte, au grand dam de nombreux citoyens de la capitale des Abruzzes.

Ces derniers reprochent aux autorités d’avoir privilégié la construction en urgence et à un coût élevé de logements au milieu de nulle part, dépourvus de toute infrastructure (transports, services publics, magasins…), aux dépens de la remise en état du centre historique. « Toutes les ressources ont été dépensées pour construire ex nihilo de nouveaux quartiers qui sont des cités dortoirs manquant de tout », confie à l’AFP Alessandro Tettamanti, porte-parole de l’association de défense des victimes du séisme. « Cet argent aurait pu être utilisé autrement, d’autant plus que ces maisons ont coûté trois fois plus que prévu. Avec les mêmes coûts, on aurait pu loger 45.000 personnes, pas seulement 14.000 », renchérit Eugenio Carlomagno, cofondateur du Comité pour la sauvegarde du centre historique.

Au total, sur les 120.000 habitants de L’Aquila et des alentours touchés par le séisme, 52.275 n’ont toujours pas réintégré leur maison: logés dans des hôtels sur la côte adriatique ou des casernes, ils bénéficient d’une assistance financière. Le tremblement de terre a engendré des pertes estimées à 2,5Mds de dollars (1,75Mds d’euros) mais n’a coûté « que » 260M de dollars (170M d’euros) aux assureurs en raison d’une faible couverture des particuliers de la région.

Avec AFP (Rome)


Laissez votre avis

judi togel