Toutes assurances : Dame nature et crise à l’origine des hausses de tarifs ?

La FFSA donne un bilan de la sinistralité au 1er semestre 2010. Il rejoint les raisons invoquées par les assureurs pour justifier les hausses de tarifs en 2011.

Sur son site, la Fédération française des sociétés d’assurance établit un bilan de la sinistralité au premier semestre 2010. Il rejoint les raisons invoquées par les assureurs pour justifier les hausses de tarifs aussi bien en assurance auto qu’en habitation pour 2011.

Alors que la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, s’interroge sur les hausses importantes de tarifs annoncées par les compagnies d’assurance et les mutuelles, la FFSA explique que les assureurs ont été fortement touchés par une hausse des charges de sinistres. Raisons avancées pour justifier la hausse des primes.

En assurance habitation, les catastrophes climatiques ont pesé sur les comptes des assureurs. « En 2010, nous avons eu deux évènements importants qui a eux deux ont coûté plus cher que Klaus et Quinten en 2009. Le tempête Xynthia d’un côté et les inondations du Var ont représenté 2,1Mds d’euros sur le premier semestre 2010 » explique Stéphane Pénet directeur des assurance dommages à la FFSA. Rappelons que la facture pour les deux tempêtes de 2009 s’élevait à 1,8Mds d’euros pour le secteur de l’assurance.

Crise et climat responsables de la hausse en auto

Côté assurance automobile, c’est le même son de cloche, à savoir celui d’une augmentation des sinistres. Si les chiffres de la Sécurité routière sont en baisse côté mortalité, ceux des accidents matériels continuent d’augmenter par rapport à 2009. Cela signifie plus de demande de réparations et d’indemnisation qui atterrissent sur le bureau des compagnies et des mutuelles.

Pour l’assurance automobile, le climat est aussi montré du doigt. « Il y a beaucoup de froid et donc beaucoup d’accidents » indique Stéphane Pénet. La crise est aussi passée par là. « Les Français ont beaucoup plus roulé que les années précédentes. Du fait de la crise, beaucoup ne sont pas partis loin pendant leurs congés et du coup ont pris leur véhicule. Et statistiquement, lorsque le kilométrage augmente, les accidents augmentent » poursuit le directeur des assurances dommages de la FFSA.

L’équation est ensuite assez simple. Les deux principaux critères pour calculer une prime d’assurance automobile sont la fréquence et le coût moyen des réparations. Si les deux augmentent, mécaniquement le tarif augment lui aussi.


Laissez votre avis