Trophée Jules Verne : Groupama 3 accumule du retard

L’objectif de Groupama 3 est le 22e parallèle. La remontée de l’Atlantique Sud est compliquée pour Groupama 3 qui doit se défaire grains orageux pour prévoir la meilleur route possible. Mais pendant ce temps, le retard s’accumule et atteint maintenant les 370 miles, alors que la ligne d’arrivée se rapproche de jour en jour.

« On ne s’attendait pas à ce que cette phase de vents forts soit si longue ! Le mauvais temps avec 35-37 noeuds ne devait durer que de 4h à 10h mardi. En fait, il a duré quatre heures de plus en montant jusqu’à 42 noeuds et une mer forte… On est resté à deux quarts sur le pont parce que de toute façon, on n’arrivait à dormir ni même à tenir debout à l’intérieur. […] Ce midi, le vent est franchement tombé, à seulement 10-17 noeuds selon les grains, avec une brise très changeante. Cela fait trois heures qu’on est poursuivi par un gros cumulonimbus… La mer est plate, l’eau de mer à 25°C, la chaleur moite et l’atmosphère suffocante. » indiquait Loïc Le Mignon à la vacation radio de 12h30 avec le PC Course parisien de Groupama, comme pour donner une idée de la difficulté quotidienne à laquelle est confrontée l’équipage.

Franck Cammas et ses neuf coéquipiers sont pour le moment dans l’expectative. Difficile de prévoir la météo et de se faire une idée précise de la route à suivre. Le maxi-trimaran est encerclé de temps calme qui ne peuvent l’aider dans sa conquête du Trophée. L’objectif est de rejoindre au plus vite les alizées qui se situent actuellement au 22e parallèle pour retrouver une bonne vitesse et ainsi refaire une partie du retard. Le bateau semble aller bien, mais les hommes fatiguent, après 39 jours de mer.

Crédit Photo : TeamGroupama

Laissez votre avis