Un courtier en assurance condamné à 5 ans de prison

Monsieur R.*, courtier en assurance et surnommé le « petit Madoff » vient d’être condamné à de la prison ferme par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il a été reconnu coupable de pratique illégale de la profession de banquier, faux et usage de faux, abus de confiance et escroquerie. Ce dernier avait détourné près de 2M d’euros à une cinquantaine de victimes.

Le verdict est tombé ce jeudi pour Monsieur R. dont nous vous parlions dans un précédent article. Il a été condamné par le tribunal correctionnel de Bordeaux à 5 ans de prison dont 3 ans avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve. Un mandat de dépôt a immédiatement été émis à son encontre. Il dormira donc derrière les barreaux ce soir. La mise à l’épreuve prévoit une obligation de soins psychiatriques. Il a également l’interdiction de pratiquer pendant 5 ans toute profession en lien avec la finance. Enfin, il devra indemniser la cinquantaine de victimes qu’il a escroquées. Dans le cas contraire, le juge d’application des peines peut révoquer partiellement ou totalement les 3 années de sursis.

Dans cette affaire, les réquisitions du parquet, du 22 janvier dernier, ont globalement été suivies. Le procureur Alain Benech avait requis 4 à 5 ans d’emprisonnement dont 2 ans avec sursis et mise à l’épreuve.

Pour mémoire, Monsieur R. a abusé ses victimes en leur faisant miroiter des placements à des rendements très attractifs. Certaines d’entre elles n’avaient pas hésiter à lui confier toutes leurs économies. Non seulement elles n’ont perçu aucun centime d’intérêt mais elles n’ont jamais revu la couleur de leur investissement. C’est ce qui lui vaut son sobriquet de « petit Madoff ». Rappelons que Bernard Lawrence Madoff avait escroqué des dizaines de clients, particuliers, entreprises ou encore banques, pour plusieurs dizaines de milliards de dollars. Il avait été condamné à 150 ans de prison par la justice américaine.

Grâce au jeu des remises de peines et parce qu’il a déjà effectué quatre mois de détention provisoire, Monsieur R. devrait sortir de prison dans un peu plus d’un an. Il sera en outre éligible à une demande de libération conditionnelle dans 2 mois. Il y a toutefois peu de chances que cette dernière aboutisse.

*Le nom a été modifié après une demande de droit à l’oubli

Laissez votre avis