Edito : Une réforme des retraites dure à avaler

La réforme des retraite et les différentes majorations tarifaires qui l’accompagnent vont peser lourd pour les assurés en 2011.

Les assurés le savent, la réforme des retraites va encore grignoter leurs portefeuilles. Avec l’augmentation annoncée des complémentaires santé, la baisse des remboursements de médicaments ou encore la hausse des primes des contrats d’incapacité-invalidité dans les entreprises, le passage en 2011 se fera avec la gueule de bois.

Vendredi 21 octobre, la réforme des retraites a été adoptée au Sénat. Il fallait déjà freiner le déficit de l’Assurance-Maladie (une hausse de 8 à 10 % en moyenne des complémentaires de santé sera pratiquée), et aux dernières nouvelles les assureurs et institutions de prévoyance réclament encore 4Mds d’euros pour supporter le coût de deux années de travail supplémentaires dans leurs contrats collectifs (voir notre article sur le sujet). Résultat, une augmentation de 15% des contrats incapacité-invalidité est à prévoir l’année prochaine. Et que dire de la taxe de 3,5 % sur les contrats « responsables », ou d’une épargne retraite obligatoire qui se profile à l’horizon ?

Supporter de nouvelles hausses

Assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance font profil bas pour le moment. On les entend peu mais cette réforme semble être à leur avantage. La majoration des tarifs et les hausses de cotisations devraient permettre à certains de grossir encore. Face à des assurés qui voient rouge, les compagnies se défendent et affirment qu’elles devront verser les prestations plus longtemps et s’adapter aussi à une nouvelle donne. Alors que croire ? Difficile de penser que les grands groupes n’en profiteront pas. Mais pourquoi leur en vouloir, la retraite à 62 ans rend presque légitime ces pratiques…

Pour faire passer la pilule, le gouvernement martèle que cette réforme des retraites prouvera le bon fonctionnement du système de Sécurité Sociale. Les politiques font le boulot, les compagnies n’en demandent pas moins… Certes, la reforme permettra aux français de financer leur fin de vie, mais pour les assurés, ces trop nombreuses augmentations de primes sont parfois de véritables sacrifices pour participer à l’effort solidaire. Supporteront-ils encore de nouvelles hausses ?


Laissez votre avis