Assurance ski : Les étudiants font-ils sauter la caution des appartements ?

Les étudiants qui partent en voyage au ski en groupe peuvent profiter de leur éventuelle garantie civile villégiature de leur habitation principale pour payer les dégâts dans les appartements loués. Sinon, ce sera la caution.

Les étudiants cassent-ils vraiment les cloisons pour agrandir les appartements au ski ? Qui paye ? Les résidences de vacances ont su, en fait, limiter les dégâts des étudiants un peu trop alcoolisés en séjours de ski ou week-end de désintégration. “Il y a eu pas mal de légendes urbaines à ce sujet et puis ça s’est pas mal calmé, les cautions demandées à l’arrivée dans les appartements ont augmenté et ont réglé en grande partie le problème“, constate le directeur commercial du tour opérateur voyages-étudiants.com.

La caution demandée ou plus exactement le dépôt de garantie est souvent de l’ordre de 200 euros par étudiants soit 800 euros par appartements, de quoi couvrir largement une télé ou un lit cassé…  La règle d’usage est de ne pas faire dépasser le dépôt de garantie de plus de 25% du loyer. “En réalité, il y a très peu de casse, parfois quelques matelas jetés par les fenêtres ou souvent le ménage qui n’a pas été fait“, relève pour sa part Geneski, organisateur de séjours au ski pour les étudiants.

Le problème le plus gênant reste celui des dégradations des parties communes : “pour l’utilisation des extincteurs dans le couloir, les moquettes brûlées… là, les cautions sautent pour tout le monde“, ajoute le responsable de voyages-étudiants.com.

Altigliss fait son “spring break” à Val-d’Isère

Alors finalement, les étudiants de l’École de Commerce de Grenoble (EMG) organisateurs du prochain Altigliss, une semaine de ski et fêtes avec plus de mille étudiants réunis à Val-d’Isère le 22 mars, ne se font vraiment pas d’inquiétudes. “Nous avons de bonnes relations avec notre partenaire de résidence Belambra. La casse n’arrive pas souvent et les étudiants remboursent bien les dégâts dans les chalets quand c’est le cas“, nous confie Claire chez Altigliss.

Les cautions ou dépôts de garanties ne sont pas obligatoires mais sont souvent exigées dans les contrats de location saisonnière car, quel que soit le contrat d’assurance du propriétaire, les dégradations commises par le locataire ne sont pas couvertes. Elles sont bien à la charge du locataire qui peut donc s’assurer le temps des vacances (ce qui est très rare) ou verser un dépôt de garantie.

A savoir : les locataires turbulents peuvent néanmoins être couverts par leurs contrat multirisques habitation de leur résidence principale. En effet, s’ils disposent ou demandent à leurs assureurs une garantie civile villégiature, il peuvent en disposer pour régler les dommages matériels qu’ils ont causés à un tiers en vacances (avec franchise et limite).

Autre cas de figure : les dégâts des eaux et incendies causés par le locataire peuvent être pris en charge par l’assurance du propriétaire, s’il existe une clause “abandon de recours” dans le contrat de location et dans le contrat d’assurance du propriétaire.


Laissez votre avis