L’assurance auto des malussés

Dans l’assurance automobile, le calcul d’un malus est justifié par l’accident provoqué par l’assuré.

Dans l’assurance automobile, le calcul d’un malus est justifié par l’accident provoqué par l’assuré. Contraire du bonus, le malus est le coefficient qui viendra majorer la cotisation d’assurance.

Le coefficient est majoré à hauteur de 25% par sinistre dont l’assuré est entièrement responsable. Dans l’hypothèse d’un sinistre où la responsabilité est partagée, le malus augmente de 12,5% par accident.

Des précisions concernant la responsabilité

Maintenant, si le sinistre responsable ou à responsabilité partagée, a eu lieu dans les 2 mois avant l’échéance annuelle du contrat, le coefficient de majoration ne sera pas calculé pour la nouvelle année mais pour l’année suivante. En revanche, si l’assuré change d’assureur entre les deux années, l’accident sera immédiatement pris en compte sans attendre un an. Donc il est judicieux d’attendre douze mois avant de changer d’assureur.

D’autre part, si l’assuré a cumulé 3 années avec un bonus de 0,5, alors le premier sinistre même responsable n’impliquera pas de malus. Pour les malussés, c’est-à-dire les assurés affectés d’un malus supérieur à 1. Après deux années sans sinistre responsable, leur coefficient retombe à 1. C’est ce que les assureurs désignent par « descente rapide ».

Enfin, si le mécanisme du malus est le propre des assurances automobiles, dès lors qu’un assuré engage une assurance en réparation d’un sinistre (vol, incendie ou dégâts des eaux par exemple), il verra sa cotisation augmentée. Une forme de malus affectera son contrat sans qu’il soit clairement désigné, ni calculé. Ce malus traduira la prise en compte par l’assureur du niveau de risque que représente l’assuré.


Laissez votre avis