L’assistance et les systèmes de géolocalisation

Les appareils de géolocalisations ont le vent en poupe chez les automobilistes. Ces systèmes embarqués permettent aux sociétés d'assistance une plus grande réactivité et une meilleur adaptation de services

Les appareils de géolocalisations ont le vent en poupe chez les automobilistes. Les fameux GPS envahissent les habitacle des voitures, il est même possible d’utiliser sont téléphone portable pour trouver son chemin. Ces systèmes embarqués permettent aussi aux sociétés d’assistance une plus grande réactivité et une offre de services plus efficace.

GPS, traqueurs antivol ou téléphones intelligents, beaucoup d’appareils servent aujourd’hui à se repérer sur la route. C’est aussi un moyen efficace d’être facilement « géolocalisé » n’importe où en France, ou dans le monde, en cas de panne, d’accident ou même de vol. Grâce à ces nouvelles technologies installées à bord des voitures, les services d’assistance peuvent eux aussi localiser des clients en difficulté et intervenir plus rapidement et efficacement.

« La technologie embarquée est une des composantes de l’énorme évolution du monde de l’assistance », explique Jean-Pierre Lerin, directeur de la Business Unit Automobile chez Axa Assistance. « La géolocalisation permet principalement deux choses : La première, c’est de repérer les automobilistes. Quand on reçoit des données, on sait exactement où se trouve un conducteur, ce qui n’était pas le cas avant quand on recevait des appels voix. Le seconde chose, c’est que la géolocalisation permet de trouver le prestataire le plus proche et le plus approprié à la mission de dépannage et d’assistance d’un client », explique-t-il.

Europ Assistance propose par exemple un service d’assistance routière directement mobilisable via Goodkap, un boitier GPS installé dans son auto. De plus en plus de système embarqués, permettent également de transmettre des données en temps réel aux sociétés d’assistance afin que ces dernières puissent intervenir en amont d’un problème. Des capteurs peuvent envoyer des informations sur le taux de consommation en carburant d’une voiture, sur la température du moteur ou le déclenchement non justifié d’un airbag. L’assisteur peut alors intervenir en fonction de la situation ou prévenir un conducteur en cas de danger imminent.

L’importance du téléphone mobile

La plupart des assisteurs développent également des services de géolocalisation sur les smartphones. Mondial Assistance propose par exemple une application iPhone qui recueille les demandes d’assistance et repère les clients pour organiser les interventions. Tous les détails (numéros de contrats, polices, numéros d’appel de l’assistance) sont préenregistrés et en cas de panne ou d’accident, il suffit d’appuyer pour demander une intervention. (Voir notre article sur le sujet).

Plus généralement, les possesseurs de smartphone équipés d’une fonction de géolocalisation peuvent être repérés et aidés en cas de besoins avec de nombreuses applications dédiées à l’assistance. Mais l’ensemble des informations traitées, la somme de données envoyées et reçus demande une adaptation technique spécifique et un traitement adapté pour une plus grande efficacité.

« Il y a encore quelques années, on recevait un appel voix et on offrait un service. Aujourd’hui, le défi essentiel est d’étendre nos capacités à développer des données envoyées par des systèmes intelligents installés dans un véhicule ou par un téléphone portable. Il faut ensuite transformer ces données en services et c’est le défi principal des 5 prochaines années », conclut Jean-Pierre. Lerin.


Laissez votre avis