Assurer son fonds de commerce

Le fonds de commerce est exposé à certains aléas de nature à mettre en péril son activité. Le secteur de l'assurance a développé des produits multirisques artisans/commerçants pour couvrir certains de ces périls.

Le fonds de commerce est exposé à certains aléas de nature à mettre en péril son activité. Le secteur de l’assurance a développé des produits multirisques artisans/commerçants pour couvrir certains de ces périls.

Un incendie qui se déclare dans un local, une machine qui tombe en panne, l’activité des commerçants et des artisans est jonchée d’imprévus de nature à mettre en péril l’avenir de leur entreprise. Assurer son fonds de commerce, c’est couvrir les bâtiments, les machines, mais aussi la valeur vénale de ce dernier.

Les garanties des multirisques

En premier lieu, les multirisques couvrent les bâtiments et les locaux contre l’incendie, le dégât des eaux, le vol, le vandalisme, les tempêtes, la chute de foudre ou encore les catastrophes naturelles. Si le fonds de commerce était par exemple dévoré par les flammes, l’assureur interviendrait sous forme d’une indemnisation en réparation des dommages subis.

Certains activités sont en outre gourmandes en appareils et machines de toutes sortes. Sans eux, le commerce peut tourner au ralenti. Les contrats proposent plusieurs formes de prise en charge. Tout d’abord, la valeur de remplacement. Elle prend en compte la vétusté des appareils, c’est-à-dire son niveau de détérioration dû au temps. Deuxième possibilité, en valeur à neuf. Le remboursement se fait sur la valeur d’achat. Le coût de cette garantie s’avère supérieure à la première. Dernière solution, la prise en charge des réparations et de la location du matériel de remplacement.

Ajuster les niveaux de garantie

Il est enfin possible d’assurer la valeur vénale de son fonds de commerce. Selon la nature de ce dernier, le contrat peut prendre en compte dans le niveau d’indemnisation, le droit au bail, le pas de porte, le volume de clientèle, ou encore l’image de marque.

Il s’agit là des garanties communes. Tout contrat reste bien évidemment à négocier avec son assureur car il dépendra des montants à assurer, de l’activité, et de l’exposition au risque. Un commerçant installé à côté d’une rivière représente plus de risque qu’un artisan dont l’atelier est situé au cinquième étage d’un immeuble. Il est donc primordial de discuter de tous ces points, afin d’ajuster au plus près les garanties et les remboursements prévus en cas de sinistres.


un commentaire sur “Assurer son fonds de commerce”

  • biibi Vues :

    ptdrrrr

Laissez votre avis