Dossier : Ce que ne couvre pas l’assurance scolaire

Souscrire une assurance scolaire ou extra-scolaire, c’est protéger son enfant lors de ses activités à l’école mais également en dehors,  lorsqu’il pratique des occupations qui ne rentrent pas dans le cadre de sa scolarité. Suivant les contrats, il existe différents niveaux de couverture, mais il arrive que certaines situations ne soient pas prises en charge…

La plupart du temps, l’assurance scolaire et extra-scolaire couvrent l’élève en responsabilité civile (s’il blesse quelqu’un) et en individuelle accident (s’il est victime d’un accident), quelles que soient les compagnies. Selon les contrats, certaines garanties viennent compléter les protections de base, comme par exemple la couverture de certains objets (instruments de musique, bicyclettes / scooters, lunettes, calculatrices, etc…), la mise à disposition d’une aide pédagogique à domicile, ou encore la couverture de frais découlant d’un accident (secours, frais médicaux, frais d’assistance ou de rapatriements). Allant en moyenne de 7 à 35 euros pour les plus étoffées, certaines assurances scolaires ne couvrent pourtant pas tout, surtout chez certains assureurs non spécialisés.

La MAE propose par exemple 4 contrats allant de 9,9 euros pour l’assurance scolaire simple, à 33 euros pour son assurance extra-scolaire la plus étoffée, qui comprend une très large palette de risques couverts. MMA propose de son côté trois contrats allant de 10 à 26 euros pour le plus complet, Axa suggère, elle, 3 contrats à partir de 10 euros par exemple, et Aviva propose deux contrats allant de 12 à 18 euros. Même Carrefour (qui dépend pour l’occasion de l’assureur CARMA) propose une assurance scolaire, elle est gratuite pour ses clients détenteurs de la carte de fidélité.

Parmi toutes ces offres, il existe des exclusions de garanties qui sont parfois méconnues des parents d’élèves ou « dissimulées » dans les conditions générales des contrats. Les dommages consécutifs à l’usage de stupéfiants ou d’alcool par l’élève ne sont jamais couverts, tout comme les accidents consécutifs au suicide ou à la tentative de suicide. Jusque là rien d’étonnant.

Mais la pratique des sports aériens fait très souvent partie des exclusions de garantie, tout comme les activités en véhicules nautiques à moteur (jet-ski, jet à bras, scooters et motos des mers). Certains assureurs ne couvrent pas les activités équestres ou avec les animaux non domestiques appartenant ou gardés par une personne assurée. La plongée sous-marine, la spéléologie, ou le saut à l’élastique sont aussi des risques fréquemment ignorés par les assureurs. Il est donc important de bien vérifier le degrés de couverture de chaque contrat.

Lors de sorties scolaires ou extra-scolaires, il arrive, selon les compagnies, que les piqûres et morsures d’animaux ne soient pas couvertes. Les conséquences dues aux empoisonnements, brûlures (provoquées par le feu, la foudre, l’électricité ou les produits corrosifs) n’est pas toujours pris en charge non plus.

Les objets personnels des élèves sont tout autant concernés. Ballons, consoles de jeux ou encore livres ne sont pas systématiquement remboursés lors de dégradations. Les cas des fauteuils roulants des enfants handicapés sont parfois ignorés, et les vols divers (cartables, vêtements) ou le racket sont garantis suivant les cas. Enfin, les congés scolaires et les grandes vacances, en France comme à l’étranger ne font pas l’objet des mêmes protections, il est donc indispensable de vérifier son contrat.

Au vue des nombreuses assurances scolaires proposées sur le marché et les différences de tarifs pratiquées, les parents d’élève peuvent être perdus au milieu de ces offres. Ces derniers ont alors tendance à souscrire les contrats les moins chers. Pourtant, les assureurs spécialisés restent les plus efficaces tant en matières de risques couverts qu’en d’indemnisation, sans parler des franchises. Les assurances scolaires bons marchés sont certes abordables, mais comportent très souvent de nombreuses exclusions qui peuvent, le jour du sinistre, se transformer en mauvaises surprises.


Laissez votre avis