Les spécificités des assurances habitation et auto des militaires

Les militaires sont, par essence, toujours prêts à partir en mission sur le théâtre des opérations à l’étranger. Ces opérations extérieures (Opex) durent souvent plusieurs mois, pendant lesquels les soldats sont éloignés de leur résidence et de leur véhicule. A cet effet, les assureurs et les mutuelles spécialisés ont dû adapté les produits habitation et auto aux particularités des métiers de l’armée.

De nombreux militaires sont logés par l’armée, dans des casernes ou dans des appartements de fonction. Ils ne sont pas pour autant dispensés de contracter des assurances habitation. La plupart de ces contrats ciblés sur les métiers de l’armée offrent les mêmes garanties que les contrats habitation classiques (responsabilité civile, multirisques, dommages…). La différence se fait au niveau des biens couverts. Une des principales spécificités concerne par exemple la garantie dommage pour les paquetages. L’AGPM (Association générale de prévoyance militaire) propose par exemple le remboursement, sans franchise, de la totalité des frais de « recomplètement » d’un paquetage volé ou incendié ou encore endommagé par un dégâts des eaux.

Pour les militaires se pose également la question de la clause d’inhabitation. Elle est prévue dans la plupart des contrats d’habitation classiques. Cette clause stipule qu’à partir d’une certaine période d’absence du lieu de résidence principal, certaines garanties, comme le vol, sont suspendues. Pour les militaires célibataires, régulièrement amenés à partir en Opex, il est donc important de se renseigner auprès de son assureur sur cette clause d’inhabitation. Car selon les mutuelles ou sociétés d’assurance, le retrait de cette clause ne se fait que sur demande expresse de l’assuré.

Il en va de même pour les contrats automobiles des soldats qui partent en mission. Ils couvrent généralement les véhicules en circulation. Il faut donc se manifester auprès de son assureur pour lui signifier que l’automobile restera immobilisé le temps de la mission à l’étranger en lui donnant les conditions de l’immobilisation (dans un lieu protégé ou non). L’assureur fait alors passer le contrat de « usage en circulation » à « usage immobilisé ». Dans la majorité des cas, il propose une ristourne sur le montant des cotisations.

Pour un militaire marié ou en couple, et désigné comme conducteur principal, il faut bien souvent contacter son assureur pour mettre son époux(se) comme conducteur principal sur le contrat pendant la période d’absence. Car, dans le cas contraire, le niveau des franchises, pour un accident par exemple, pourra être plus élevé.


Laissez votre avis