Usurpation d’identité et internet, quelles solutions d’assurance ?

De plus en plus de cas d'usurpations d'identité se font sur Internet. Face aux fraudes bancaires en ligne ou à la création de faux profils sur les réseaux sociaux, il existe peu de solutions d'assurances.

De plus en plus de cas d’usurpations d’identité se font sur Internet. Face aux fraudes bancaires en ligne ou à la création de faux profils sur les réseaux sociaux, il existe peu de solutions d’assurances.

Les cas d’usurpations d’identité sur internet sont aujourd’hui en augmentation constante. Face à ce problème, le ministre de l’intérieur Brice Hortefeux a présenté mardi 14 décembre 2010 devant l’Assemblée Nationale le projet de loi sur la sécurité intérieure (Loppsi 2). Le texte prévoit notamment de sanctionner par le code pénal toute personne faisant usage de l’identité personnelle d’autrui d’une manière qui trouble sa tranquillité ( un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende)

En parallèle, le nombre de faux comptes Twitter, Facebook ou Viadeo ont explosé ces derniers mois. Le texte vise également ceux qui feraient usage de l’identité d’un tiers sur un réseau de communication afin de porter atteinte à son honneur. (Sources : Me Anthony Bem)

Les assurances sont à la traîne

En ce qui concerne les fraudes bancaires après usurpation d’identité par exemple (lors de transactions en ligne par cartes bancaires), il n’existe pas d’assurances à proprement parlé. Certains bancassureurs ou assurbanquiers proposent malgré tout des indemnisations en cas de fraudes avérées. Les établissements remboursent le préjudice financier et les sommes prélevées avant opposition à hauteur 1.500 euros en moyenne par an.

Mise à part ces dédommagements et les solutions anti-fraude établies en amont par certaines compagnies, il n’existe pas de solutions d’assurances spécifiques à l’usurpation d’identité destinées aux particuliers. Des services d’assistance téléphonique ou d’information juridiques peuvent être souscrits en inclusion de certains contrats, mais il est, pour le moment, plus simple de s’assurer contre la perte de ses papiers que contre le vol de données informatiques personnelles.

Actuellement, plusieurs compagnies travailleraient à une assurance individuelle couvrant les risques d’usurpation d’identité spécialement sur la toile (englobant les réseaux communautaires, les banque en ligne ou les sites de e-commerce). Selon le dernier rapport du CREDOC, le coût global de l’usurpation d’identité en France est évalué à 474M d’euros. Après le remboursement par les assurances, le montant moyen restant à la charge de la victime est de 1.556 euros.


Laissez votre avis