Dossier : L’extension jardin de l’assurance habitation

La plupart des contrats habitation ne couvrent que ce qui se trouve dans les murs de votre résidence. Autrement dit, pour tous les sinistres survenus dans le jardin (gel, vol, destruction d’abris de jardin), les compagnies d’assurance ne procèdent à aucune indemnisation pour les souscripteurs qui n’auraient pas eu le réflexe de contracter une extension jardin.

Un jardin fleuri et arboré représente bien souvent des années de labeur et de sueur à travailler la terre et à attendre qu’arbustes et plantes poussent. Pourtant, un hiver rigoureux, ou la passage d’une tempête comme la France en a connu ces dernières années, peuvent réduire à néant tous ces efforts en quelques heures. Pour les la plupart des titulaires d’une multirisques habitation, inutile de chercher dans les garanties de base, vous ne trouverez rien concernant votre jardin.

En effet, pour la grande majorité des compagnies, la « garantie jardin » est une option des contrats habitation. Autrement dit, si cette extension n’a pas été souscrite au moment de la signature du contrat, votre assureur ne vous indemnisera pas le moindre centime pour le remplacement ou la remise en état de vos plantes. En fait, sans cette garantie, la plupart des sinistres survenus dans le jardin ne sont pas couverts. Cela concerne donc la destruction des plantes, mais également le vol, hors véhicules terrestres à moteur.

Mieux vaut donc vérifier son contrat habitation avant d’utiliser le jardin comme lieu d’entreposage. Car si le vol n’est généralement pas couvert lorsqu’il survient en dehors des murs de votre résidence, il en va de même pour les vols perpétrés dans certains types d’abris de jardin, principalement ceux qui n’ont pas de fondations. L’extension jardin se rapproche en fait d’une multirisques habitation, mais appliquée aux espaces verts.

Certains contrats proposent des extensions, comme le pack « côté jardin » d’un assureur, qui offre « la prise en charge des dommages subis par un ensemble de biens extérieurs en cas d’incendie, de vandalisme, d’évènements climatiques ou d’accidents électriques. » Parmi les biens couverts, on retrouve notamment les abris de jardin non scellés et leur contenu, les arbres, les clôtures végétales, ou encore les bassins et l’arrosage automatique. Toutes ces garanties sont globalement identiques quel que soit l’assureur. Ce sont elles, ainsi que les biens à couvrir qui vont déterminer le coût de l’extension jardin.


Laissez votre avis