Analyse de la tontine à prime unique du Conservateur

La tontine est un produit historique et spécifique ; c’est le plus ancien type de contrat d’assurance-vie vendu en France. Son principe de base est simple ; il s’inspire de l’image d’un équipage qui partirait faire un voyage au long cours, dont chacun des membres laisserait son épargne en gestion à un établissement financier durant la période (ferme) du voyage :

• Une tontine est l’association d’un ensemble d’adhérents qui y versent chacun une certaine somme d’argent (minimum de 1.000 euros).

• Après déduction des frais d’entrée et de gestion (payés en une fois à la souscription), l’association tontinière gère l’épargne ainsi constituée pour le compte de ses adhérents.

• Aucun des membres de la tontine ne peut sortir ni récupérer son épargne avant la date ferme contractuelle de dénouement, située au minimum 10 ans et au maximum 25 ans après la date d’ouverture de la tontine.

• Si un épargnant meurt avant la fin de la tontine, son épargne est “perdue” pour lui ; elle est laissée dans le « pot commun » et vient donc doper le rendement de la tontine au profit des autres épargnants.

• A l’issue de la tontine, on partage entre les adhérents survivants, l’épargne constituée avec les versements initiaux nets de frais, les rendements financiers et les profits techniques éventuels liés au décès de certains de ses membres.

Le Conservateur est aujourd’hui le seul groupe d’assurance à proposer des tontines à la commercialisation en France ; il bénéficie de 170 années d’expérience dans ce domaine.

Une des craintes légitimes lors de la souscription d’une tontine est la potentialité de perdre l’épargne investie en cas de décès. Pour cette raison, Le Conservateur propose, de manière optionnelle, aux adhérents de souscrire une contre-assurance décès en même temps qu’ils versent de l’argent dans une tontine.

Il n’y a aucune obligation que les bénéficiaires de la contre-assurance décès soient les mêmes que ceux désignés par l’adhérent sur sa tontine. Le coût de la contre-assurance décès proposée par Le Conservateur se situe dans les prix du marché. Les profits techniques réalisés sur cette contre-assurance décès sont reversés dans la tontine et contribuent à sa performance financière.

La tontine est un produit d’épargne intéressant, notamment dans les situations suivantes (exemples) :

• Épargne d’une somme d’argent destinée à constituer un supplément de retraite (à horizon de 10 à 25 ans), avec la certitude de ne pas avoir la tentation d’y toucher durant la durée de vie de la tontine.

• Mise de côté d’une somme d’argent par des grands-parents au profit d’un petit-enfant qui vient de naître afin de contribuer au financement de ses études à l’âge (ferme) de 18 ou de 20 ans.

• Recherche d’un placement surperformant les fonds en euros classiques de l’assurance-vie sur le long terme, sans avoir à se soucier de la gestion financière de ce placement sur la période.

• Sortie du patrimoine taxable à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) de la somme d’argent investie dans la tontine, sous réserve que cela soit réalisé avant 70 ans.

Afin de prendre en compte le risque financier pris par les adhérents d’une tontine, le rendement financier servi à chacun d’entre eux tient compte à la fois :

• du montant des sommes investies,

• et de son âge.

Concrètement, plus un adhérent est âgé, meilleur sera le rendement servi, car un adhérent âgé aura pris davantage de risque au regard de sa propre espérance de vie qu’un adhérent plus jeune. Les calculs actuariels sont réalisés de manière équitable en intégrant les valeurs de la table de mortalité applicable.

Principaux atouts de la Tontine à prime unique (PU) du Conservateur

• Savoir-faire historique (170 années) du Conservateur sur la tontine sur ces différentes dimensions : patrimoniale, gestion financière, optimisation fiscale…

• Possibilité pour Le Conservateur de se positionner davantage sur des actifs « à risque » de type actions sur les tontines en raison de la durée ferme des tontines et de leur durée moyenne (de 10 à 20 ans).

• Sur-performance moyenne (par rapport aux fonds en euros « classiques ») constatée de 50 centimes par an (soit + 0,50 %) du rendement financier des tontines du Conservateur, après déduction du coût éventuel de la contre-assurance décès optionnelle.

• Absence d’obligations souveraines (en particulier d’obligations d’Etats européens) dans les actifs des tontines du Conservateur, dans un contexte où la restructuration de la dette souveraine d’un ou plusieurs pays européens en 2014 semble probable (notamment pour la Grèce et le Portugal).

• Exonération d’Impôt sur la Fortune (ISF) des sommes investies par l’épargnant dans une tontine, ce qui contribue à doper le bon rendement financier de base observé sur les tontines, cette exonération « tombant » logiquement au dénouement de la tontine.

Principaux inconvénients de la Tontine à prime unique (PU) du Conservateur

• Impossibilité pour l’épargnant de toucher à son épargne avant la date contractuelle prévue de dénouement de la tontine à laquelle il participe.

• Perte de son épargne par l’adhérent en cas décès avant la date de dénouement de la tontine, sauf à avoir souscrit la contre-assurance décès proposée par Le Conservateur.

• Niveau de frais fixes facturés à la souscription par Le Conservateur plutôt élevé dans le cas de la souscription d’une tontine pour une durée inférieure à 20 ans.

Pour en savoir plus sur l’analyse de Good Value for Money, cliquez ici.


Laissez votre avis