Assurer son cabinet médical

    Les médecins libéraux opèrent pour la plupart dans des cabinets médicaux. Dès lors, assurer son local professionnel peut s’avérer primordial. C’est en effet protéger l’immobilier, ses investissements en appareils médicaux, mais aussi sa clientèle.

    Au même titre qu’une entreprise couvre ses locaux et son matériel, les médecins ont la possibilité d’assurer leur cabinet médical contre plusieurs formes de risques. En premier lieu, les dommages aux bâtiments. Les garanties sont dans ce cas très proches de celles d’une assurance multirisques habitation classique. Elles couvrent en effet l’incendie, les dégâts électriques, le dégât des eaux et du gel, le bris de glace, les dégradations consécutives à l’intervention des secours ou encore les actes de vandalisme.

    Les particularités liées à l’activité d’un cabinet

    Le vol fait aussi partie des garanties incluses dans les contrats couvrant les cabinets professionnels. Certaines compagnies prennent ainsi spécifiquement en charge le vol des plaques accrochées sur la devanture des cabinets. Il faut généralement compter plus d’une centaine d’euros pour la faire fabriquer et la faire poser. Autre spécificité intrinsèque au métier de médecin, la prise en charge des dommages causés par les patients dans la salle d’attente.

    Certaines spécialisations médicales sont en outre particulièrement gourmandes en matériel. Des investissements parfois lourds. Selon les modèles, le prix d’un échographe oscille entre quelques milliers d’euros et plusieurs dizaines de milliers d’euros. Les ophtalmologistes disposent également d’appareils de mesures très précis, et donc très chers, comme l’angiographe. Les contrats d’assurance dédiés aux professionnels de santé garantissent le matériel médical.

    En cas de sinistre, il est remboursé en valeur à neuf les premières années après l’achat. La durée varie selon les assureurs (2 ans, 3 ans, 5 ans) et peut être rallongée moyennant la souscription d’une option au contrat. Au-delà, une décote sur la valeur à neuf du bien est appliquée.

    La perte d’exploitation

    Enfin, selon les critères en vigueur dans le monde de l’assurance, la pratique de la médecine s’apparente à la gestion d’une entreprise qui réalise un chiffre d’affaires et dégage des bénéfices. Les contrats peuvent alors prévoir la prise en charge d’une réduction de l’activité du cabinet en cas de sinistre. C’est la garantie perte d’exploitation.

    A la suite d’un incendie dans son cabinet, un médecin se retrouve dans l’incapacité de recevoir ses patients et doit cesser temporairement son activité. Durant la période de transition, les frais fixes et la perte de bénéfice sont pris en charge par l’assureur. Une aide à la réinstallation peut aussi être incluse dans le contrat.

    Toutes ces garanties peuvent l’objet d’un seul et même contrat ou de plusieurs souscriptions différentes.


    Laissez votre avis