Dépendance, l’évaluation du niveau de perte d’autonomie

    En fonction de son niveau de dépendance, les montants d'indemnisations prévus par les contrats peuvent varier. Afin de déterminer quelle est la meilleure prise en charge de la perte d'autonomie, les assureurs se basent sur des critères précis.

    En fonction de son niveau de dépendance, les montants d’indemnisations prévus par les contrats peuvent varier. Afin de déterminer quelle est la meilleure prise en charge de la perte d’autonomie, les assureurs se basent sur des critères précis.

    Aujourd’hui, on définit la dépendance comme l’impossibilité d’accomplir seul les actes essentiels du quotidien, en raison de son âge ou de son handicap. En fonction du degré d’incapacité d’un assuré, les compagnies d’assurances ou les organismes d’aide aux personnes en incapacité établissent alors des montants d’indemnisation qui peuvent varier.

    Les aides sociales et la quasi-totalité des assureurs (dans le cadre de contrats dépendance) se basent sur la grille AGGIR (Autonomie gérontologie groupes iso-ressources) pour « mesurer » l’importance de la perte d’autonomie. Cet outil établi 6 niveaux de dépendance allant de légère à complète, et permet ainsi d’attribuer les allocations ou les aides en conséquence.

    De GIR 6 à GIR 1

    Les 6 niveaux de dépendance (physique, psychique ou mentale), appelés aussi GIR, établissent la capacité à effectuer les actes fondamentaux de tous les jours : la toilette, l’alimentation, l’habillement ou encore les déplacements. Ensuite, les facteurs d’évaluation pris en compte sont très variés (cohérence, capacité d’orientation, déplacements à l’intérieur et à l’extérieur, communication à distance, etc…).

    Les cas de GIR 1 sont considérés comme les niveaux de dépendance les plus lourds (fonctions mentales et physiques gravement altérées, présence indispensable et continue d’aidant), les cas de GIR 5 et 6 correspondant à des personnes dont l’autonomie n’est que très légèrement gênée. Actuellement, les personnes dont le GIR est compris entre 4 et 1 peuvent prétendre à l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie), droit universel, qui concerne l’ensemble des personnes âgées de 60 ans et plus, quel que soit leur revenu.

    Le nombre de personnes aidées en hausse

    A la fin 2009, 2.024.200 personnes étaient assurées au titre de la dépendance auprès des sociétés d’assurances (Sources – FFSA). En parallèle, on comptabilise pas moins de 1.174.000 personnes âgées dépendantes bénéficiant de l’APA à la mi-2010. Le montant moyen du plan d’aide pour les personnes qui résident à domicile est de 500 euros par mois, ce montant moyen varie avec le degré de perte d’autonomie, d’environ 1.011 euros pour les bénéficiaires évalués en GIR 1 à 354 euros pour les GIR 4 (Sources – Ministère de la Santé).


    Laissez votre avis