Dossier « assurance et emploi » : diversité, mixité et égalité des chances dans l’assurance

    Ces dernières années, les accords pour favoriser la mixité et la diversité au sein des entreprises se sont multipliés dans le secteur de l’assurance. Les résultats semblent plutôt encourageants au regard du rapport 2010 « mixité et diversité dans les sociétés d’assurances » de l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance (OEMA).

    Avec 14.000 nouvelles embauches en 2008, le recrutement dans le secteur de l’assurance se porte bien. Premières bénéficiaires de cette vigueur du marché de l’emploi, les femmes. En 2008, année étudiée par l’OEMA, elles représentaient 58,1% des nouveaux postes. Elles sont en outre majoritaires dans le secteur. 58,9% des salariés de l’assurance sont des femmes, avec une très forte présence sur certaines catégories de métiers comme le secrétariat (97,3%) ou encore la gestion de contrats (73,3%). Dans les catégories dites supérieures, le taux de féminisation progresse également. « La parité est atteinte, et même dépassée en classe 5, puisque 51,2% des cadres de cette classe sont des femmes » précise le rapport de l’OEMA.

    Mais ces bons chiffres ne doivent pas masquer une réalité toujours présente, à savoir la subsistance de fortes disparités salariales entre hommes et femmes. Si à l’embauche, les rémunérations sont globalement équivalentes, plus on monte en grade, plus les écarts se creusent. « En 2008, chez les non cadres, le salaire médian des femmes s’élève à 26.900 euros et celui des hommes à 27.400 euros, soit un écart de + 1,9% en faveur des hommes. Pour les cadres, le salaire médian des femmes est de 41.300 euros et celui des hommes de 47.000 euros, soit un écart de salaire de + 13,9% en faveur des hommes ».

    Insertion des handicapés : lentement, mais surement

    La question de la diversité amène naturellement à se pencher sur la question de l’insertion des travailleurs handicapés. La loi du 10 juillet 1987 impose à toutes les entreprises de plus de 20 salariés d’avoir au moins 6% de leurs employés en situation de handicap déclaré. 23 ans plus tard, il reste encore du chemin à parcourir pour atteindre ce taux. « Ainsi, dans l’approche correspondant à celle de la Déclaration Annuelle Obligatoire d’Emploi des Travailleurs Handicapés (DOETH) ce taux ressort à 2,3% pour la branche [assurance] » souligne l’OEMA. Mais là aussi, il existe des différences majeures selon les catégories socio-professionnelles étudiées. Le taux de travailleurs handicapés atteint les 4% chez les salariés à temps partiel du secteur de l’assurance. Il n’est que de 1% chez les cadres.

    Certaines sociétés se démarquent dans leur volonté d’aller plus loin sur ce sujet. Début 2009, CNP Assurances s’est vu décerner le label « diversité » par le groupe AFNOR. Ce label vient récompenser les efforts de CNP dans sa « lutte contre les discriminations au sein de son entreprise ». Autre société, autre récompense. En décembre 2009, Groupama a obtenu le prix « Action en faveur des jeunes des quartiers » pour sa politique d’intégration de jeunes issus de quartiers dits « difficiles ». Il faut dire que le 15 janvier 2009, la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA), le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema) ainsi que trois syndicats (CFDT, CFTC, CGC-CFE) ont signé un accord de branche pour une plus grande diversité dans le secteur de l’assurance. Il s’agit principalement de promouvoir l’insertion des jeunes issus des Zones d’éducation prioritaire (ZEP). Les intentions sont donc là. Reste à convertir concrètement et plus largement ces preuves de bonne volonté.


    Laissez votre avis