Dossier « Best of » : l’annulation de concert

    Des concerts annulés en pagaille, et des fans qui ne savent plus s’il peuvent – ou veulent – se faire rembourser des billets. Des organisateurs assurés qui réclament des millions d’euros font face à des risques non pris en charge et à des évènements improbables. L’année 2009 aura été faste en matière d’annulation de concert.

    2009 aura été une année riche en… annulations ! Le premier événement marquant aura sans nul doute été la mort prématurée du « King of Pop », Michael Jackson, dans des circonstances troublantes, mais surtout à quelques jours d’entamer un impressionnant – et gigantesque – retour sur scène.
    Si les fans regrettaient la disparition de leur idole, certains organisateurs pleuraient eux sur des millions de dollars de pertes, et dont l’indemnisation par les assureurs n’était alors par acquise et semblait compliquée.

    Dans cette affaire, les assureurs ont été omniprésents. Toujours dans l’ombre, ils ont pourtant été mis en avant très rapidement par les médias, dans des affaires plus ou moins sordides liées à la disparition de Michael Jackson.

    Mais le point d’orgue de cette affaire aura été le remboursement des billets. Encore maintenant, les fans se montrent assez remontés contre les sites de vente en ligne et les organisateurs qui ont pourtant, très rapidement, annoncé le remboursement des billets. Les commentaires ne laissent pas de place au doute : « Je dois dire ma profonde déception car malgré l’annonce par mail, le remboursement de mes billets ne m’est toujours pas parvenu » écrit par exemple une internaute le 15 septembre, après avoir posté un premier commentaire plus optimiste le 10 juillet : « AEG Live m’a écrit pour me confirmer le remboursement de mes deux billets pour le concert du 13 juillet ». « j’ai envoyé plusieurs mails et messages sur leur site, mais rien à faire, personne ne répond, le fax est toujours occupé, et pas de numéro de téléphone ! je ne sais plus quoi faire !!! » répondait, le 18 novembre (!) une autre personne.

    Quelques jours plus tard, une autre grande icône de la pop devait annuler un concert, à Marseille.
    Dans le stade Vélodrome, la scène sur laquelle Madonna devait se produire s’écroule. Annulé, le concert doit être remboursé aux spectateurs.
    Pour Madonna, il semblerait que les remboursements étaient bien mieux gérés. Il faut dire que le concert étant organisé par un promoteur français, avec des billets vendus sur un marché local, les indemnisations ont été beaucoup plus simples pour tout le monde.

    Dans ce tumulte, nous décidions, en septembre, de nous pencher sur les annulations de concerts, entre autres. La grippe A entrait elle aussi dans la danse. Tout d’abord à cause des risques qu’elle présentait et qui, pour beaucoup d’assureurs étaient trop gros pour être couverts.

    Entre temps, Johnny avait, une première fois, dû déclarer forfait pour la Réunion en raison de l’épidémie de grippe A qui y sévissait à l’époque.
    Ses fans n’étaient pas au bout de leurs peines. En effet, dès le mois d’août, le rocker était obligé de s’arrêter quelques jours, à la demande des ses assureurs. Puis, d’opérations en repos, Johnny Hallyday a été la figure de proue du risque d’annulation pour les assureurs et les spectateurs.

    Si l’affaire Johnny n’est pas close pour les assureurs et les principaux acteurs, pour les spectateurs munis de billets, la seule issue possible est le remboursement des billets et l’espoir qu’il remonte un jour sur scène pour de véritables adieux.
    Quoi qu’il en soit, les annulations de concerts auront rythmé cette année 2009, au grand dam, finalement de tout le monde. Car dans ces affaires, personnes n’en sort gagnant.


    Laissez votre avis