Dossier « JO 2010 » : les assurances de base de la Fédération française de ski

L’histoire des Jeux Olympiques est émaillée de chutes, à l’image de l’accident spectaculaire de Carole Montillet lors d’une séance d’entraînement aux JO de Turin en 2006. Carole Montillet avait pu remonter sur les skis. Mais une carrière peut se briser sur une seule manche d’une seule compétition. La Fédération française de ski a donc prévu une gamme d’assurances à l’attention de ses athlètes de haut niveau. Elles couvrent les sportifs français pendant toute la durée de la saison, Jeux Olympiques compris.

Lorsqu’un skieur professionnel dépasse les 100Km/h en vitesse de pointe pendant une descente de ski, le moindre écart de trajectoire ou une mauvaise réception après une bosse, peut causer un accident. La Fédération française de ski (FFS) qui couvre les sportifs de haut niveau tout au long de l’année prévoit la prise en charge des sportifs blessés à travers le système de garanties qu’elle a contracté.

Ainsi en cas d’invalidité, les skieurs français reçoivent une indemnisation sous forme de capital. Un descendeur invalide à 100% perçoit 150.000 euros au titre de la réparation de son préjudice physique. Plus le degré d’invalidité est faible, plus ce montant diminue. Ces sommes versées permettent aux athlètes concernés de voir venir en attendant une éventuelle reconversion. n outre, Les frais médicaux et le rapatriement en cas de blessure sont également compris dans les assurances contractées par les la Fédération française de ski.

« Les skieurs de l’équipe de France sont couverts par l’assurance attenante à la licence qu’ils contractent chaque année auprès de la Fédération française de ski, ainsi que par une assurance complémentaire » indique le service juridique de la FFS. La licence et la complémentaire les couvrent également en responsabilité civile pour les dommages qu’ils pourraient causer à des tiers. Le montant des garanties s’élèvent à 4,5M d’euros. Pour les dommages matériels, il atteint 914.000 euros.

Ces assurances souscrites par la FFS à l’attention de ses sportifs de haut niveau sont complétées par les garanties contractées au niveau des instances olympiques françaises. Comme nous vous l’expliquions dans un précédent article, le Comité national olympique sportif français (CNOSF) couvre les athlètes français pendant tout le déroulement de la compétition à travers un système d’assurances extrêmement complet, et spécifique à la pratique du sport de haut niveau. En conclusion, les représentants de la délégation française au Jeux Olympiques de Vancouver sont doublement couverts, par la FFS et le CNOSF.

Article suivant : quelle couverture pour les athlètes handicapés

CP : Ralphunden-Flickr

Laissez votre avis