Dossier : ces départements qui attirent les cambrioleurs

    En 2009, les cambriolages ont continué sur une tendance à la hausse. Sur l’ensemble du territoire national, les forces de l’ordre ont enregistré plus de 160.000 (164.150) plaintes l’année dernière. Mais, il existe bien évidemment des différences statistiques selon les départements français (voir carte). Il semblerait que les cambrioleurs préfèrent agir au soleil.

    En tête du classement des départements préférés des cambrioleurs, on trouve la Guadeloupe. Avec un taux de 6,5 cambriolages pour 1.000 habitants, elle précède d’un cheveu le Vaucluse (6,4 pour 1.000 habitants). De manière générale, les départements d’outre-mer sont parmi les plus exposés au risque de cambriolage. La Guyane affiche ainsi une statistique de 6 pour 1.000 habitants. Concernant le France métropolitaine, le sud-est est particulièrement touché par les affaires de cambriolages d’habitations principales.

    Six départements ont un taux compris entre 5,4 et 6,5 pour 1.000 habitants (les Pyrénées-Orientales, l’Hérault, le Gard, le Vaucluse, les Bouches du Rhône et les Alpes-Maritimes). « Ces taux importants de cambriolage sur la Côte d’Azur répondent en fait à une logique purement mathématique. Plus il y a d’habitants, plus il y a d’auteurs de cambriolages potentiels et plus il y a le choix dans les maisons à vider » explique Cyril Rizk, responsable des statistiques à l’Observatoire national de la délinquance.

    Pourtant, l’Île de France que l’on pourrait considérer comme une région très exposée limite la casse et reste dans la moyenne nationale de 2,7/1.000 habitants. A l’inverse, le risque de se faire cambrioler est extrêmement faible dans le centre de la France. Les résidents du Cantal peuvent dormir sur leurs deux oreilles avec seulement 0,3 cambriolage pour 1.000 habitants département du Cantal. La Haute-Corse remporte quant à elle la palme de la plus forte variation à la hausse. Les cambriolages y ont crû de 71,4%. La Corrèze a été le meilleur élève en la matière en 2009 avec une baisse de 34,4%.

    Tout comme les risques d’inondation, de tempête, les statistiques des cambriolages peuvent représenter une donnée importante dans le calcul des tarifs de l’assurance multirisques habitation, au titre de la sinistralité potentielle.


    Laissez votre avis