Dossier : La couverture du matériel utilisé dans les festivals

    Pour le public, les festivals sont avant tout des spectacles durant lesquels les artistes se succèdent sur la scène. Pour les organisateurs, c’est avant tout une logistique, des kilomètres de câbles et des tonnes de matériels pointus, extrêmement chers, qu’il faut absolument assurer afin d’être indemnisé en cas de pépins.

    Qu’ils soient de petites, de moyennes ou de grandes envergures, les festivals sont gourmands en appareils électroniques . Les enceintes pour la diffusion du son, les projecteurs pour l’éclairage, tous les ordinateurs et autres tables de mixage installés dans la régie sont très fragiles et souvent très couteux. Les organisateurs de festivals ont donc tout intérêt à assurer le matériel qu’ils utilisent dans le cadre des spectacles. Nous avions évoqué le cas du festival de Cannes couvert à hauteur de 2,3M d’euros pour l’ensemble du matériel et des techniciens opérant pendant l’évènement.

    C’est la garantie dommage du contrat d’assurance qui entre en jeu en cas de dégâts constatés sur le matériel. Une garantie millimétrée par les sociétés en charge de la couverture des festivals. « Nous allons regarder dans la configuration même de l’organisation du festival ce qui est sous sa responsabilité, ce que les organisateurs ont amené comme matériel et ce qui a été apporté de l’extérieur via les groupes ou les producteurs » explique Olivier Matos, responsable du pôle événement chez Aon.

    Chacun de ces trois cas de figure entre dans une garantie bien spécifique. En premier lieu, la responsabilité civile dommage couvre les dégâts occasionnés sur le matériel confié à l’organisation. Il s’agit par exemple des instruments de musique des artistes endommagés par un membre de l’organisation ou la chute d’une enceinte appartenant à la société organisatrice. Le matériel apporté par les organisateurs est quant à lui couvert dans le cadre de la garantie dommage. Enfin, tout ce qui vient de l’extérieur, des artistes eux-mêmes ou des sociétés de production, est garanti par les assurances des concernés. « Nous n’allons pas mettre double garantie pour ce qui touche, par exemple, au matériel des musiciens » poursuit Olivier Matos.

    Concrètement pour ce genre d’évènements, il n’existe pas vraiment de règles. Les assureurs font du cas par cas. En ce qui concerne les artistes indépendants non couverts pour leurs instruments de musique et leur matériel, certaines compagnies acceptent de les prendre en charge en assurance dommage le temps du festival.

    CP : Schill-Flickr

    Laissez votre avis