Dossier : L’assurance annulation de voyages

    Être contraint d’annuler son voyage pour un cas de force majeur est une situation fréquente. Souscrire une assurance annulation lors de l’achat de ses billets de train ou d’avion reste encore le moyen le plus efficace de se faire dédommager. Cependant, il est impératif de faire attention aux nombreuses exclusions de garanties qui sont prévues dans les contrats…

    Lorsque l’on doit annuler son voyage pour une raison imprévue ou pour un cas de force majeure, l’assurance annulation de voyages couvre l’assuré et les désagréments qu’il subit. Dans la majorité des cas, cette assurance rembourse le billet acheté à l’avance, elle prend en charge les frais d’annulation imposés par le voyagiste et dédommage l’assuré des conséquences du voyage raté.

    Proposée par la plupart des compagnies aériennes et ferroviaires et des agences de voyages (en partenariat avec les compagnies d’assurance ou d’assistance), le montant de cette assurance est généralement calculé sur un pourcentage du coût total du voyage, qui se situe entre 2 et 5%. « Le montant des primes d’assurance est une combinaison de deux éléments essentiels. Il dépend à la fois du montant du billet, mais également du type de produit d’assurance qu’on a acheté (assurance annulation simple, ou assurance multirisques avec rapatriement, assistance etc…) », déclare Jean-Pierre Lenfant, Directeur des ventes directes chez Air France. « A titre d’exemple, la première prime d’assurance annulation est disponible à partir de 5 euros, il faut compter 9 euros pour une assurance multirisques  », poursuit ce dernier.

    Très souvent comprise dans les assurance voyages, il est tout de même possible de souscrire une assurance annulation seule, lorsque vous achetez un billet d’avion ou un billet de train sur internet notamment. « C’est une assurance qui propose, pour un prix par trajet de 2,60 euros (en seconde classe) ou 3 euros (en première classe), de vous rembourser intégralement votre billet, lorsque vous devez l’annuler pour un motif extérieur et aléatoire prévu dans les conditions du contrat », explique Quentin Poizat, responsable du département Grands Comptes à la Direction Commerciale (Pôle Voyages-loisirs-Mobilité) de Mondial Assistance France.

    En règle générale, l’assurance annulation s’applique lors du décès du voyageur ou d’un proche, lors d’un accident ou encore d’une maladie. Elle dédommage également l’assuré lors d’un sinistre matériel grave survenu à son habitation ou à son véhicule, lors d’un licenciement économique ou d’une convocation à un examen (pour les étudiants). Il existe également des garanties annulation concernant un train ou un vol raté. Dans ces cas, l’assureur s’engage à vous faire repartir dans les 24h et peut parfois dédommager une partie des activités que vous auriez ratées.

    Le cas des catastrophes naturelles est lui un peu plus complexe. Suivant les contrats, les « cat’ nat’ » sont considérées, ou non, comme des exclusions de garanties. De plus, que la catastrophe se produise dans le pays de départ ou bien à destination, les conditions d’annulation et donc de dédommagement ne sont pas les mêmes, sans compter que depuis l’épisode de la grippe H1/N1 ou du volcan Islandais, les compagnies ont revu leurs motifs de remboursement.

    Il est donc conseillé de lire attentivement les conditions générales des contrats et particulièrement les exclusions de garanties. L’absence de présentation au départ doit être motivé par un cas de force majeure, et surtout, il est très important de fournir les pièces justificatives (certificats médicaux, actes de décès, certificats d’employeur ou de Pôle Emploi pour les stages et les embauches).


    Laissez votre avis