Dossier : Les différentes garanties d’assurance des scooters

    Les scooters sont des deux-roues et ne font pas l’objet de garanties spécifiques. Outre les dommages au conducteur, les garanties auxquelles un scootériste doit penser sont toutes les protections relatives au scooter lui-même.

    Le vol est l’un des plus grands fléaux des assureurs et des pilotes de scooters. Dans le monde des deux roues, les scooters font office de stars chez les malfrats à la petite semaine qui n’hésitent pas à les revendre entiers ou en pièces détachées.

    Dès lors, les assureurs insistent sur les protections à apporter à ces deux-roues très convoités, dont les modèles les plus vendus trustent également les places d’honneur dans les classements de moins en moins fréquents établis par… les assureurs. En effet, il faut savoir que les pouvoirs publics ne tiennent pas compte de la marque ou du cylindré d’un deux roues volés. Il faut donc s’en remettre aux assureurs et ceux-là ne communiquent pas trop sur le sujet, sauf quand ils reçoivent un client et qu’ils calculent la prime en fonction des « risques ».

    Quoi qu’il en soit, les assureurs exigent des mesures de précautions pour prévenir les vols. Pour prouver le vol d’un deux roues, l’idéal est de toute façon de montrer un antivol cassé, voire une roue démontée. C’est presque le minimum. Dans le contrat d’assurance, il est maintenant fréquemment précisé de quelle façon le deux-roues doit être protéger contre les vols, les types d’anti-vol, les mesures à prendre. Le non-respect de ces mesures entraînerait une perte de la garantie et donc le non-remboursement par l’assureur.

    Attention toutefois à la définition du vol. Il exsite en effet une différence entre « dépossession réalisée contre le gré du propriétaire » qui inclut les vols commis à l’arrachée ou par ruse ou menace, et les vols appelés « soustraction frauduleuse » qui peuvent se réduire à un vol à l’issue duquel vous avez conservé vos clefs de contact.
    De même, les accessoires ajoutés, ou le contenu du coffre de selle et du top-case ne sont pas forcément assurés. C’est à l’assuré d’en faire la demande auprès de son assureur au moment de la souscription. Il faudra s’attendre à payer une franchise ou dans le meilleur des cas à accepter une vétusté.

    Parmi les autres protections du scooter, il existe les garanties incendie, tempête et autre. Attention, deux cas de figures sont souvent négligés et doivent être précisés, le vandalisme, d’une part, et les dégâts résultant de mouvements de foules.
    Dans le premier cas, le vandalisme, la garantie est en générale optionnelle. Il est très courant de voir une franchise plus ou moins importante conditionnée à l’activation de cette garantie. Un siège éventré, un rétroviseur cassé, un scooter renversé, s’ils sont le résultat de manœuvres volontaires, sont autant de cas de figure que les assureurs ne prendront en charge que sous cette garantie.

    Pour les « émeutes et mouvements populaires », il apparaît, selon la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) qu’elles ont été rattachées dans les garanties obligatoires (attentat, terrorisme, catastrophes naturelles) liés aux dommages au véhicule. Néanmoins, la législation n’étant pas claire sur le sujet, il est conseillé de se renseigner avant de garer son scooter neuf sur une place habituelle lieu de rassemblement de centaines de manifestants.


    Laissez votre avis