Dossier : niveaux de dépendance et prises en charge

    Être dépendant, c’est être dans l’impossibilité d’accomplir les actes essentiels de la vie courante sans le concours de tiers, en raison de son âge ou d’un handicap. Afin de prendre en charge cette perte d’autonomie, il faut tout d’abord la mesurer suivant différents niveaux qui conditionneront ensuite le montant d’indemnisation.

    Aujourd’hui en France, près de 3 millions de personnes sont dépendantes. Afin de prendre en charge cet état de dépendance, il faut dans un premier temps évaluer correctement le niveau de perte d’autonomie, pour adapter ensuite les soins aux malades. C’est grâce à la grille AGGIR (Autonomie gérontologie groupes iso-ressources) que l’on peut définir précisément le degré d’autonomie d’une personne. Cette méthode d’évaluation sert à mettre en évidence 6 niveaux de dépendance allant de légère à complète, et permet ainsi d’attribuer les allocations ou les aides en conséquence.

    Les différents degrés de dépendance, qu’elle soit physique, psychique ou mentale, se définissent donc sur 6 niveaux : de GIR 1  à GIR 6, (GIR 6 étant le plus faible niveau de dépendance). Cela permet d’adapter les aides et d’assurer les besoins quotidiens des personnes ayant perdu leur autonomie (la toilette, l’alimentation, l’habillement ou encore les déplacements). Les facteurs d’évaluation pris en compte sont très variés. On peut par exemple citer la cohérence, la capacité d’orientation ou l’alimentation. On évalue également les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur, tout comme la communication à distance. On teste aussi la capacité à pouvoir gérer son budget et ses biens, ou encore à assurer ses achats ou suivre ses traitements, entre autres.

    Les personnes dont le GIR est compris entre 1 et 4 peuvent prétendre à l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie). l’APA est un droit universel, qui concerne l’ensemble des personnes âgées de 60 ans et plus, quel que soit leur revenu. Elle sert à financer toutes les dépenses liées à la perte d’autonomie et permettre au bénéficiaire de continuer à vivre à son domicile. Parmi les prestations prises en charge, on trouve notamment les interventions à domicile (ménage, portage de repas, travaux d’adaptation du logement, transports…) ou les aides techniques (fauteuils roulants, lits médicalisés, matériels pour incontinence…). En 2009, le montant de l’allocation personnalisée d’autonomie atteignait les 4,5Mds d’euros pour 1.078.000 bénéficiaires. Il augmentera encore cette année, et son montant individuel oscille entre 500 et 1.200 euros par mois suivant le degré de dépendance.

    Enfin, les contrats d’assurance dépendance de base garantissent en général deux niveaux : soit la dépendance totale, soit la dépendance partielle. Lorsqu’un état de dépendance totale ou lourde est reconnu, le versement de la rente s’effectue à hauteur de 100 % du montant prévu par le contrat. Lorsque la dépendance est partielle, elle est évaluée en fonction des critères définis au contrat. Le montant de la rente versée correspond alors à un pourcentage de la rente prévue pour la dépendance totale, ce pourcentage variant en fonction du degré de dépendance.


    Laissez votre avis