Dossier Pro : Assurer les biens d’un lieu d’hébergement touristique

    La couverture des biens d'un hébergement touristique est forcément fonction du type d'accueil. En effet, une chambre ou une maison d'hôte n'a pas besoin d'une assurance spécifique, les exploitants habitant les lieux et assurant la maison pour eux.

    La couverture des biens d’un hébergement touristique est forcément fonction du type d’accueil. En effet, une chambre ou une maison d’hôte n’a pas besoin d’une assurance spécifique, les exploitants habitant les lieux et assurant la maison pour eux.

    Mais pour toutes les autres structures, il est préférable de se renseigner pour obtenir un contrat particulier. « Les personnes qui veulent ouvrir un camping doivent avant tout se tourner vers un assureur spécialisé » confie Guylhem Féraud, Président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNPHA).

    En effet, un camping est très différent d’un hôtel, lui même très différent d’un gîte ou d’un meublé. L’idée est bien sûr de correspondre au mieux aux biens détenus – ou gérés – par le responsable. Des installations sportives, du mobilier ancien, un immeuble avec plusieurs dizaines de chambre ne rentrent pas dans le même cadre et il est nécessaire de bien tout assurer pour éviter les mauvaises surprises en cas de sinistres.

    « Dans les biens, il faut évidemment penser à tout ce qui est ‘bris de matériel’ : un frigo, le matériel informatique, le mobilier des chambres sont à assurer » précise Hervé de Valicourt, assureur spécialisé. « quoi qu’il arrive, il faut toujours s’assurer contre l’incendie et le dégâts des eaux, ce dernier étant le sinistre le plus fréquent ».

    Le cas des campings est également très parlant. Les établissements qui louent des bungalows, mobil-homes ou des chalets doivent assurer ses biens en plus des sanitaires, parties communes et locaux d’exploitation.

    Les garanties couvrant le dommage aux biens incluent le remplacement et/ou l’indemnisation en valeur à neuf ou en valeur vénale, c’est à dire après usure. Quoi qu’il en soit, et comme pour une habitation, l’idéal sera toujours de prévenir l’assureur de toute acquisition au changement pour être certain d’être bien assuré.


    Laissez votre avis