Dossier “Professionnels” : les spécificités des assurances pour boulangers

Ils sont plus de 33 000 boulangers à se partager 65% du marché en France. Un métier exigeant et qui nécessite en outre de nombreux investissements en matériels pour la fabrication du pain. Il est donc important pour eux d’être bien couverts contre les risques qui pourraient ralentir, voire mettre en péril leur activité de commerçant.

Le soleil n’est pas encore levé et déjà le boulanger met la main à la pâte pour sa première fournée, quand soudain un problème électrique vient stopper nette sa production. Son four à pain a rendu l’âme. Heureusement pour lui, il a contracté une assurance spécifique à sa profession qui couvre ce risque en particulier. Ils sont en effet plusieurs assureurs à proposer des contrats ciblés sur les boulangers. Parmi eux, Mapa (Mutuelle d’assurance des professions alimentaires), détient 25% du marché et se revendique premier assureur des boulangers.

« Les boulangers utilisent beaucoup de matériels pour fabriquer le pain, et ce plusieurs fois par jour. Ces derniers sont donc souvent confrontés à des pannes électriques. C’est pourquoi nous consacrons une large partie des contrats à cette problématique. A titre d’exemple, nous proposons la garantie bris de matériel ou encore la garantie valeur à neuf sur 15 ans pour les fours à pain » explique Éric de Verdelhan responsable d’animation chez Mapa Assurances.

Autre particularité de la profession les tournées effectuées pour livrer le pain directement chez les clients. « Il est possible de couvrir la valeur du véhicule et de la marchandise qu’il transportait, quand bien même ce conducteur aurait laissé les clés sur le contact. C’est un pari risqué, mais finalement nous ne sommes confrontés qu’à environ 4 cas de ce genre par an » précise Éric de Verdelhan.

En outre comme la majorité des commerçants, les boulangers bénéficient d’une garantie perte d’exploitation, qui selon les assureurs et les options choisies à la souscription, peut aller jusqu’à 2 ans d’indemnisation. Pour le reste, les risques couverts sont globalement les mêmes que pour d’autres métiers commerciaux, la responsabilité civile professionnelle, avec parfois une garantie intoxication alimentaire, et une assurance multirisques commerce couvrant les dégâts des eaux, les incendies, les vols, les actes de vandalisme, les pertes de loyer pour les propriétaires ou les pertes d’usage pour les locataires.

Concernant les franchises et les primes, elles sont négociées au cas par cas, en fonction de la surface du fonds de commerce, de l’effectif de la boulangerie, de la valeur du capital mobilier et immobilier à garantir ainsi que de la localisation de la boulangerie (zone à risque ou non).


Laissez votre avis