Dossier : quelles démarches après un vol ?

    Le choc émotionnel passé, la victime d’un vol doit se plier à des formalités précises vis à vis de son assurance afin d’être dédommagé dans les meilleures conditions. Plus les démarches et les modalités de déclaration sont rapides et rigoureuses, plus les remboursement sont efficaces. Avec plus de 311.000 cambriolages et près de 128.00 vols de voitures en 2009, les assureurs sont extrêmement pointilleux sur le sujet.

    Avant toute chose, une personne victime d’un vol doit en faire la déclaration aux autorités compétentes. Une fois cette démarche indispensable effectuée, il faut ensuite prévenir sa compagnie d’assurances dans les 2 jours ouvrés qui suivent la constatation du larcin, en envoyant bien évidemment le récépissé de déclaration de vol faite auprès de la police ou de gendarmerie.
    Si l’assuré ne fait pas sa déclaration à temps, l’assureur est en droit de refuser de l’indemniser.

    La déclaration de vol peut être effectuée par téléphone, par lettre recommandée avec accusé de réception, ou en allant directement dans une agence : l’important est de fournir l’attestation de dépôt de plainte indispensable à la suite des démarches.

    Chaque victime de vol doit ensuite établir une liste précise et détaillée des objets disparus. Cette étape est cruciale car plus vous fournissez d’informations à votre assureurs, plus il sera à même de vous dédommager efficacement. Lors d’un cambriolage par exemple, il est donc fortement conseillé de donner une description minutieuse des chaque chose volée, en y joignant les justificatifs de leur valeur et les factures associées. L’idéal est aussi de pouvoir fournir des photos de ce qui a disparu, de même pour les éventuels dégâts occasionnés pendant le cambriolage (porte enfoncée, fenêtre brisée, meubles ou vitrines cassés…). Dans la mesure du possible, il est bien de pouvoir fournir à son assureur une estimation de ce qui a été dérobé, afin d’établir le montant du vol et donc celui du remboursement.

    En ce qui concerne un cambriolage, une compagnie d’assurance a le droit de dépêcher un expert chargé de venir constaté sur place les circonstances du vol, et d’établir une estimation du préjudice. Il est préférable de ne rien déplacer avant le passage de ce dernier, ce qui pourrait dévaloriser votre indemnisation. Il faut veiller à ce que rien ne se détériore d’avantage et il est conseillé d’assister aux expertises afin de pouvoir donner des précisions à l’expert si besoin est.

    Lors d’un vol de voiture à présent, il faut savoir que plus d’un tiers des automobiles volées ne sont jamais retrouvées. Avant toute chose, il est impératif de vérifier que votre assurance mentionne la garantie contre le vol, car cette dernière est facultative. Vient ensuite le dépôt de plainte sous 48h auprès des services de police ou de gendarmerie, et l’envoi du récépissé des autorités à votre assureur sous deux jours ouvrés. Comme lors d’un cambriolage, l’idéal est de fournir le maximum d’informations à sa compagnie d’assurance. Les factures liées au véhicule, la liste des équipements et des biens qui se trouvaient à l’intérieur peuvent servir à établir le montant du préjudice.

    Cependant, certaines exclusions de garanties existent. Tout d’abord, c’est à l’assuré de faire la preuve du vol ou de la tentative de vol de son automobile. En matière d’assurance, le vol auto est défini comme « soustraction frauduleuse du véhicule commise par effraction de ce dernier et des organes de direction, ou soustraction frauduleuse du garage dans lequel est stationné le véhicule ». L’escroquerie (vente contre un chèque volé), les vols avec violence (avec clefs de contact sur le démarreur) ont parfois donné lieux à des exclusions, mais en règle général, des garanties permettent de couvrir ce type d’évènements. Enfin, pour les vols des pièces détachées (intérieures ou extérieures), les objets sont couverts en fonction des garanties du contrat. Les accessoires du véhicule sont généralement inclus dans la garantie vol, et le catalogue constructeur est la référence et l’indemnisation dépend de la valeur d’usage.


    Laissez votre avis