Dossier : Services à la personne et aides pour les cas de dépendance

    Parallèlement à l’augmentation constante du nombre d’individus dépendants dans l’hexagone, les services à la personne connaissent eux aussi une progression continue depuis quelques années. Indispensables pour palier la perte d’autonomie, ces prestations permettent aux personnes dépendantes de garder une existence quasi normale. Aujourd’hui plus de 16.000 organismes agréés de services à la personne existent en France.

    Les services à la personne n’ont jamais été aussi demandés ces derniers mois. En 2009, plus de 2,9 millions de particuliers ont eu recours à ces prestations, selon l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Voir l’article précédent).

    En ce qui concerne la dépendance, les services à la personne sont essentiels. Afin de mieux gérer les tâches quotidiennes et effectuer correctement les soins médicaux, ces prestations (le plus souvent à domicile) et les personnes qui les effectuent, permettent d’améliorer la vie des personnes dépendantes pour un moindre coût. On peut citer, par exemple, l’assistance par une aide personnelle à domicile, la mobilité et le transport des personnes, les soins et promenades des animaux de compagnie ou encore l’entretien ménager du logement d’un proche. Des services de livraison de courses ou de repas à domicile existent également.

    Les services à la personnes permettent également de soulager des familles encore nombreuses à prendre en charge quotidiennement les membres dépendants de leur entourage. Un poids financier, physique et psychologique très lourd, qui peut aujourd’hui être compensé par des aides. En effet, quelques appuis financiers existent pour palier aux difficultés de la dépendance.

    Des aides financières indispensables

    En parallèle des services à la personne, les individus victimes de perte d’autonomie peuvent avoir accès à plusieurs renforts financiers non négligeables. Tout d’abord, les personnes dépendantes peuvent avoir accès à l’Apa (Allocation personnalisée d’autonomie). Le montant moyen de cette prestation est de 493 euros/mois pour les personnes qui restent à domicile, et de 429 euros/mois pour celles en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Le montant maximum de l’APA varie aussi selon le niveau de dépendance : 1.224,63 euros en cas de classement en GIR 1, puis 1.049,68 euros en GIR 2, 787,26 euros en GIR 3 et enfin 524,84 euros en GIR 4. (Voir le dossier précédent)

    Ensuite, les individus dépendants peuvent demander la PCH (Prestation de compensation du handicap). Cette allocation est d’abord approuvée par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Elle est ensuite délivrée par le Conseil général, cette aide s’adresse aux personnes âgées de 20 à 60 ans qui ont des difficultés absolues à effectuer les tâches essentielles du quotidien.

    Enfin, l’ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées) est une allocation créée en remplacement du minimum vieillesse instauré jusqu’en 2005. il s’agit d’un montant minimum de pension de vieillesse accordé aux personnes qui n’ont pas suffisamment cotisé aux régimes de retraite pour pouvoir bénéficier d’un revenu d’existence, à l’âge de la retraite.

    En conclusion, l’état de dépendance peut bénéficier de nombreux appuis financiers et techniques. Les aidants ne sont pas oubliés et ont accès à des réductions d’impôt de 50 % sur les sommes versées pour les services à la personne, dans la limite de 6.000 euros (variable selon l’évolution de l’état de dépendance). De plus, des garanties d’assistances aux personnes sont souvent incluses dans certains contrats d’assurance habitation « rééquipement à neuf », il suffit donc de bien regarder son contrat.


    Laissez votre avis