Les assurances et la prévention face aux incendies

    L’incendie représentait 30 % du coût de l’ensemble des sinistres couverts par l’assurance multirisques habitation. Les compagnies d’assurances misent donc sur la prévention.

    En moyenne, de 1995 à 2004, l’incendie représentait 30 % du coût de l’ensemble des sinistres couverts par l’assurance multirisques habitation. Pour ne pas devoir rembourser des dégâts souvent colossaux, les compagnies d’assurances et les pouvoirs publiques mettent donc l’accent sur la prévention afin de lutter contre les incendies.

    Pendant les fêtes de fin d’année, assureurs et pouvoirs publiques multiplient les messages de prévention face au feu à cause notamment des bougies et guirlandes lumineuses qui surchargent les prises électriques. Le but, faire baisser le chiffre de 250.000 incendies d’habitations déclarés chaque année aux assurances, soit 1 incendie toutes les 2 minutes.

    Le nombre de feux domestiques a doublé ces vingt dernières années, on compte en France 800 décès et 10.000 blessés par an. La prise en charge de tels dégâts et des soins pour les grands brûlés coûte donc très cher aux compagnies d’assurance et à la Sécurité sociale. Les différents types de contrats qui couvrent les préjudices liés au feu (multirisques habitation, assurance décès/invalidité, GAV, assurance scolaire, assurance individuelle accidents, contrat obsèques ou remboursement de frais de soins) engendrent évidemment des frais énormes pour les compagnies. L es assureurs multiplient donc les bons conseils en la matière. En effet, sur les brochures et les sites internet de ces derniers, les particuliers trouvent de plus en plus d’informations en matière de prévention incendie.

    Mieux vaut prévenir que guérir

    Aujourd’hui, les assureurs incitent fortement les particuliers à prendre les précautions nécessaires face au feu. Les compagnies peuvent prévoir une diminution de la prime d’assurance quand un assuré a respecté l’obligation de mise en place d’un détecteur de fumée ou d’un extincteur. Cependant, elles n’ont pas le droit de sanctionner l’assuré qui n’aura pas répondu à cette obligation, notamment en refusant de prendre en charge l’indemnisation du sinistre causé par l’incendie.

    Les compagnies d’assurance font donc de la prévention à outrance, plutôt que de devoir intervenir après un sinistre. À noter qu’en cas de feu dans son logement, l’assurance peut appliquer une réduction proportionnelle d’indemnité si elle estime que des risques ont été oubliés ou diminués pour le calcul des cotisations. Sur le terrain les Sapeurs Pompiers, les compagnies d’assurances, et les associations sont donc de plus en plus actives pour éviter les sinistres liés au feux. Une méthode qui a déjà fait ses preuves dans les pays scandinaves ou en Angleterre où des campagnes de sensibilisation choc on permis de réduire le nombre de morts de moitié depuis 20 ans.


    Laissez votre avis