Les entreprises ne seront pas épargnées par les hausses tarifaires

    Les hausses de tarifs en assurance concernent également les entreprises. Les difficultés économiques ont pesé sur la sinistralité en assurance de dommages, quand la santé souffre des taxes et des dérives des dépenses.

    Les hausses de tarifs en assurance concernent également les entreprises. Les difficultés économiques ont pesé sur la sinistralité en assurance de dommages, quand la santé souffre des taxes et des dérives des dépenses.

    Alors que les assureurs ont annoncé les hausses de tarifs pour 2011 pour les particuliers, ils sont restés plus discrets pour les entreprises. Pourtant, rien n’indique qu’il en sera autrement. Pour le moment, la très grande majorité des compagnies se refuse à communiquer sur des hausses inévitables.

    Baisse de l’assiette de calcul et tarifs au plus bas

    Comme pour les particuliers, les assureurs ne peuvent plus maintenir les prix aussi bas qu’ils le faisaient. « Nous nous situons aujourd’hui après une période de relative stabilité des tarifs, voire même d’effondrement des tarifs dans certains risques d’entreprises, notamment dans les couvertures des biens » avance Eric Gelpe, directeur général de Gan Assurances.

    « Les effets de la reprise économique ne se font pas encore sentir sur l’activité des entreprises que nous assurons » confie ainsi Axa. « Les chiffres d’affaires sont en diminution, les investissements en régression, les parcs automobiles plus petits » poursuit l’assureur. Les entreprises ne sont pas au mieux et répercutent sur leurs budget assurances les difficultés. Moins de perte d’exploitation à assurer, moins de véhicules, moins de transports…

    Résultat logique, les assiettes de cotisation qui servent de base aux calculs des primes d’assurance sont à la baisse. Pour ne rien arranger, une forte hausse de la sinistralité a été constatée par les professionnels tant dans les évènements climatiques que dans les dommages liés à des manques de prévention, d’entretien et même par le report sur les assurances de certains coûts.

    Déséquilibre du pack social Santé – Prévoyance

    En assurance de personnes, la santé subit bien évidemment les même taxes qu’elle soit en complémentaire collective ou en individuelle. Or le relèvement des tarifs en santé collective déstabilise un « pack social » que les chefs d’entreprises tentent pourtant de conserver.

    Du côté de la prévoyance collectives, deux leviers poussent à la hausse des tarifs selon les assureurs.
    « Le contexte socio-économique a engendré une recrudescence des arrêts de travail », explique Eric Gelpe, directeur général de Gan Assurances. En effet, le report sur la caisse d’assurance maladie et sur les assurances de la prise en charge des salaires notamment et de la prévoyance d’entreprise s’est généralisé avec le contexte de crise.
    A cela s’ajoute le recul de l’âge légal de départ à la retraite qui oblige également à rallonger les couvertures des salariés déjà présents dans l’entreprise.


    Laissez votre avis