Quand les stations se retournent contre les skieurs

    Les sauveteurs en montagne procèdent chaque année à près de 45.000 interventions. Selon les circonstances, ils peuvent se retourner contre les skieurs pour demander remboursement des frais engagés.

    Les sauveteurs en montagne procèdent chaque année à près de 45.000 interventions. Selon les circonstances, les stations peuvent se retourner contre les skieurs pour demander remboursement des frais engagés.

    Les secours sont considérés en France comme relevant d’un service public et généralement les sauveteurs en montagne ne lésinent pas sur les moyens pour aller chercher un skieur blessé ou un alpiniste en perdition. Des hélicoptères sont toujours prêts à décoller le cas échéant. En principe, les secours sont gratuits.

    Pourtant, l’article 97 de la loi « montagne » de 1985 donne aux stations la possibilité de demander le remboursement d’une partie des frais engagés pour secourir une personne blessée en pratiquant le ski alpin. La mobilisation d’un hélicoptère peut coûter jusqu’à 8.000 euros. Une somme pour les communes. Au départ, cette disposition législative ne prévalait que pour le ski alpin. Mais en février 2020, elle a été étendue à toutes les activités sportives qu’il est possible de pratiquer à la montagne.

    Vérifiez vos contrats

    Dans quels cas les stations peuvent elles demander le remboursement ? En premier lieu, s’il s’agit d’une entreprise privée de sauvetage. Elle facture le service directement à la commune. Le champs d’application de la loi ne s’applique que sur le domaine skiable de la station. Pour le hors piste en dehors dudit domaine, seuls les services de l’État sont habilités à intervenir. Les secours sont donc entièrement gratuits.

    Avant de partir dévaler les pentes enneigées, il est essentiel de vérifier ses couvertures. Les titulaires de cartes bancaires haut de gamme sont couverts en « frais de recherches et de secours ». Pour les autres, il faudra vraisemblablement passer par une assurance optionnelle. Soit directement auprès d’un assisteur en souscrivant un contra t pour la durée du séjour, soit à travers les cartes neige proposées dans les stations de ski.

    CP : Izno91-Flickr


    Laissez votre avis