Edito : Assurance auto, mais où sont les hausses de tarifs ?!

En plein Mondial de l’Auto 2010, les compagnies d’assurances regorgent d’idées pour faire oublier les hausses de tarifs annoncées. A grands renforts publicitaires alléchants, c’est à l’assureur qui sortira la meilleure promo pour attirer l’automobiliste ébloui par de si belles cylindrées…

En cette rentrée 2010, les assureurs mettent le paquet. 2 mois offerts par ci, 4 mois par là, ils font miroiter de belles promotion à des clients lassés de payer toujours plus. Dans une étude Ifop (lien) 18% sont prêts à changer d’assureur, soit 18% d’automobilistes à courtiser. Et quoi de mieux pour cela qu’une belle publicité clinquante avec quelques astérisques disséminés au gré des slogans choc.

Car les meilleures promos sont pour les meilleurs clients. Mais ce qui est écrit en tout petit – les mentions légales – précise que pour bénéficier de ces ristournes il faut une voiture éligible au bonus écologique – hybride voire 100% électrique – et souscire le contrat le plus cher de la gamme. Autant dire qu’elles ne concernent pas tout le monde. Pour les autres, il faudra peut-être penser à changer de voiture, du coup…

Reste en outre cette question : comment faire passer la pilule « nouvelle hausse des tarifs » à de futurs clients ?
Même ceux qui font des promos n’y couperont sûrement pas. Alors quoi de mieux qu’un tour de passe-passe, attirer l’attention à droite pour détourner le regard de la gauche, et à gauche il y a 5% d’augmentation !

Car une fois le contrat signé et les deux mois gratuits passés, le délai de rétractation est lui aussi révolu. Il faudra alors penser trois mois avant la date anniversaire de votre signature à faire une demande de résiliation sous peine de repartir pour une année supplémentaire, les mois offerts en moins, cette fois-ci à moins que…

Florian Delambily – Thierry Gouby


un commentaire sur “Edito : Assurance auto, mais où sont les hausses de tarifs ?!”

  • Eric Vues :

    D'accord sur l'ensemble, mais il y a aussi des économies qui touchent les véhicules non écologiques.
    Pour la dernière phrase, il ne faut pas oublier la loi Châtel : l'assuré est moins pris au dépourvu.

Laissez votre avis