Dépendance infantile : la situation des autistes à nouveau pointée du doigt

L’association “Léa pour Samy” de défense des enfants autistes a déposé jeudi au ministère de la Santé un rapport qu’elle qualifie d'”accablant” sur la situation des enfants autistes en France.

L’association qui milite contre “60 ans de retard de la France en matière de traitement de l’autisme” a dénoncé une nouvelle fois les “résistances au changement, et l’absence de prise en compte des dernières avancées scientifiques et médicales de par le monde”.

L’autisme est un trouble du développement marqué par des difficultés de communication, qui touche les garçons dans quatre cas sur cinq et qui tarde souvent à être diagnostiqué. Il frapperait 643.000 personnes en France, dont 160.000 enfants, selon l’association.

La prise en charge de l’autisme fait l’objet en France d’une vive opposition entre les partisans d’une méthode de soin psychiatrique d’une part, et éducative d’autre part, comme Lea Pour Samy. “On constate une marginalisation, une exclusion, une non prise en compte des besoins des enfants autistes dont 80% ne sont pas pris en charge comme il le faudrait” a déclaré le président de Léa pour Samy, M’Hammed Sajidi à la presse, entouré d’une trentaine d’autres parents d’autistes.

Pour lui, “une grande partie du milieu psychiatrique ne veut pas que les choses changent”. Il dénonce “un exil forcé en Belgique” de quelque 3.500 enfants et adultes, financé par les conseils généraux par le biais de conventions bilatérales, faute de structures adaptées en France.

M. Sajidi rappelle que l’Organisation mondiale de la santé classe l’autisme comme un trouble envahissant du développement, “alors que de nombreux psychiatres français l’assimilent encore à des psychoses infantiles précoces”.

L’association, pour qui le sort des familles d’autistes s’apparente à un “parcours du combattant”, dénonce notamment le manque d’auxiliaires de vie scolaire et de places dans des structures scolaires adaptées, et l’orientation fréquente vers des hôpitaux de jour.

L’association, qui a déposé son rapport la veille de la journée internationale des droits de l’enfant, souhaite que soient organisées en 2010 des assises nationales de l’autisme débouchant sur un nouveau plan autisme à compter de 2011.

Paris, 19 nov 2009 (AFP)


Laissez votre avis