La construction de la maison de retraite des Babayagas à Montreuil en bonne voie

Le permis de construire de la maison de l’association féminine des Babayagas à Montreuil, une résidence autogérée pour femmes âgées, a été déposé, ont annoncé vendredi les acteurs du projet, qui espèrent un début de construction en 2010.

“L’idée m’est venue après la mort très dure de ma mère (…), je ne voulais pas faire vivre ça à mes enfants”, a expliqué Thérèse Clerc, 82 ans, à l’origine du projet, il y a une dizaine d’années. “Je suis trop indépendante pour une maison de retraite (…) et rester seule chez soi peut être dangereux en vieillissant et dur à cause de la solitude”, a-t-elle poursuivi.

Dans cette maison des Babayagas (dans les contes russes, Baba-Yaga est une vieille sorcière, mangeuse d’enfants mais elle est aussi une guide dispensant ses sagesses), il y aura 26 logements, 21 pour des femmes âgées et 5 pour des jeunes de moins de 25 ans. Le projet repose sur l’entraide entre les résidents.

“Avec ce projet, on veut vivre ensemble, vieillir ensemble, de façon solidaire et autonome”, a expliqué la maire (Verts) de Montreuil, Dominique Voynet, pour résumer le concept. C’est “un projet de vie”, “une innovation sociale”, a-t-elle ajouté.

Malgré l’intérêt qu’il avait suscité après la canicule de 2003, la sénatrice-maire a rappelé que le projet avait connu de “nombreuses péripéties” et qu’il avait entraîné “des débats vifs sur son caractère exclusivement féminin”.

Une première pierre symbolique avait été déposée en 2007, mais il y avait eu ensuite des difficultés administratives et des problèmes de financement.

Cette fois, plusieurs acteurs se sont engagés pour le financement, qui doit s’élever au total à 4,1 millions d’euros. L’Etat, la ville, le conseil régional, le conseil général, la caisse des dépôts et consignations, la Cnav (Caisse nationale d’assurance vieillesse), l’OPHM (l’office public de l’habitat), ainsi que la mutuelle Reunica et l’association gestionnaire du 1% logement Resideo Cil vont participer.

Il manque encore 5% du budget, selon Mme Voynet, qui espère toutefois que les Babayagas rentreront dans leur maison au premier semestre 2012.

Montreuil, 11 déc 2009 (AFP)


Laissez votre avis