Dependance : L’Association des paralysés de France parle de « régressions sociales » et veut voir le Premier ministre

L’Association des paralysés de France (APF) a dénoncé mercredi “une rentrée noire” pour les handicapés et leurs familles confrontés à des “régressions sociales”, réclamant une table ronde au Premier ministre.

“La situation est plus que préoccupante” pour l’APF qui “prépare cette rentrée 2010 avec les plus grandes inquiétudes et réaffirme sa colère noire”, a-t-elle indiqué mercredi dans un long communiqué. “C’est en effet une rentrée noire qui s’annonce”, estime l’association.

L’APF rappelle que François Fillon avait promis le 5 février dernier que l’année 2010 serait celle du “nouveau souffle dans l’accomplissement des objectifs” de la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances.

L’association réaffirme son “inquiétude” et son “indignation” après l’annonce d’un prochain étalement de l’augmentation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) de 25 % sur six ans au lieu de cinq.
Elle dit craindre que la réforme du “cinquième risque”, la dépendance des personnes âgées et handicapées, “ne se réduise au recours à une assurance privée”.

Autres sujets d’inquiétude pour l’APF: la baisse des budgets des collectivités territoriales, qui impacte les politiques sociales, la remise en cause de certains avantages fiscaux et sociaux des aides à domicile et des services à la personne, l’accessibilité des bâtiments publics et des transports ou encore les conditions d’accueil des élèves et étudiants en situation de handicap.

L’association exhorte “l’ensemble des pouvoirs publics –Etat, organismes de protection sociale, collectivités territoriales– à être attentifs aux conséquences sociales de leurs décisions budgétaires”. “Celles-ci ne peuvent être prises uniquement sur des bases économiques”, prévient-elle.

L’APF rassemble près de 30.000 adhérents et compte 11.000 salariés, gérant notamment des services et établissements médico-sociaux et entreprises adaptées.

PARIS, 25 août 2010 (AFP)


Laissez votre avis