Agences régionales de Santé : première mission, améliorer la permanence des soins

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a fixé jeudi comme premier objectif aux Agences régionales de Santé (ARS) d’améliorer la permanence des soins “dès les prochains mois”, lors du lancement de ces entités qu’elle a qualifié d'”historique pour le système de santé”.

La permanence des soins désigne les dispositifs qui permettent aux patients d’avoir accès à un médecin la nuit et le week-end, quand les cabinets de médecins libéraux sont fermés. Des défaillances sont souvent détectées dans certains secteurs comme les zones rurales ou à certains moments dans l’année.

“Je ne crois pas exagéré de dire qu’il s’agit d’une journée historique”, a déclaré Mme Bachelot en présentant les 26 ARS devant la presse, entourée des secrétaires d’Etat à la Famille Nadine Morano et aux Aînés Nora Berra.

Créées par la loi “Hôpital, Patients, Santé, Territoires” adoptée en 2009, les ARS sont de nouvelles entités administratives qui absorbent en leur sein une dizaine d’organismes déjà existant dans les régions, relevant de l’Etat et de l’assurance maladie.

Cette “simplification administrative” permettra aux ARS de chapeauter des secteurs jusqu’ici cloisonnés comme l’hôpital, la médecine de ville et le médico-social (personnes âgées, handicapées). Elles auront aussi des compétences en matière de santé publique.

Pour Mme Bachelot, il s’agit de “mieux répondre aux besoins de santé des Français, tout en améliorant l’efficacité des dépenses de santé”.

La ministre a précisé le calendrier des agences: elle devront notamment avoir constitué leurs conseils de surveillance d’ici juin et chaque “projet régional de santé” devra être finalisé d’ici “la fin de l’été 2011”. Elle a aussi fixé des objectifs à plus court terme, notamment pour la permanence des soins. “Les choses sont claires: celle-ci doit être garantie, à tous nos concitoyens, sur tout le territoire, et les ARS doivent montrer une amélioration sensible dès les prochains mois”, a-t-elle dit.

Au total, les 26 ARS emploient quelque 9.500 personnes, dont 7.800 fonctionnaires et agents contractuels de droit public. Elles ont des budgets de fonctionnement pour 2010 de 40 millions d’euros en moyenne (la plus grosse, l’Ile-de-France, a un budget de 110 M EUR).

Mais elle réguleront surtout des crédits de l’ordre de 40 milliards d’euros à destination des différents acteurs du système de santé.

Paris, 1 avr 2010 (AFP)


Laissez votre avis