Assurance maladie : La conservation des données personnelles des patients remise en cause par le Médiator

La ministre des Solidarités Roselyne Bachelot a fait des propositions pour tirer des leçons de la polémique sur le Mediator, suggérant notamment que l’assurance maladie conserve plus longtemps les données personnelles, pour une meilleure surveillance épidémiologique.

Le Mediator, interdit depuis l’an dernier, est un médicament pour diabétiques en surpoids prescrit aussi comme coupe-faim, qui selon l’Afssaps (agence sanitaire des produits de santé) aurait causé au moins 500 morts entre 1976 et 2009.

“Je veux que toute la lumière soit faite sur ce sujet”, a dit sur RTL Mme Bachelot. “Il y a un fichier à l’assurance maladie dont on écrase les données au bout de deux ans pour préserver les données personnelles, je souhaite qu’on n’écrase plus ces données parce qu’il y a une surveillance épidémiologique qui peut être intéressante à faire”, a suggéré l’ancienne ministre de la Santé.

Constatant que des médecins avaient prescrit du Mediator hors des indications de ce médicament, Mme Bachelot a estimé qu’il fallait développer les “logiciels d’aide à la prescription”.

La ministre a par ailleurs estimé que le futur Dossier médical personnel (DMP) serait “un fantastique outil pour surveiller les risques éventuels des médicaments”.

Avec AFP


Laissez votre avis