Assurance maladie: les médecins généralistes mécontents sont en grève

A l’appel de plusieurs syndicats et pour la première fois, les médecins généralistes libéraux sont en grève aujourd’hui. Ils sont invités à fermer leur cabinet pour réclamer plus de moyens et dénoncer le système de santé français. Les généralistes protestent également contre la sécurité sociale qui fait pression pour limiter les dépenses.

Dans un communiqué, MG France, le premier syndicat de médecins généralistes, annonce donc que pour la première fois les médecins généralistes vont se mettre en grève et fermer leur cabinet. « L’Etat, par le fait qu’il n’applique pas les lois qu’il a fait voter, et l’assurance maladie, par les mesures discriminantes et vexatoires qu’elle applique avec zèle à l’encontre des généralistes, créent les conditions d’une France sans médecins généralistes. Si rien ne change, à l’horizon 2025 il y aura moins de 23.000 généralistes en cabinet contre 56.000 aujourd’hui. Qui soignera les enfants, les parents, les personnes âgées à domiciles ? Ce n’est pas un problème d’un euro en plus ou en moins. Il y va de la santé des Français. »

Quatre syndicats (MG France, l’Union Généraliste, l’Union Collégiale et le SNJMG – Syndicat national des jeunes généralistes) soutiennent le mouvement, et dénoncent une mauvaise reconnaissance de leur statut face aux médecins spécialistes. En effet, avec un tarif de 22 euros par consultation en moyenne, les généralistes sont parmi les revenus les plus faibles du monde de la médecine selon MG France. Ces derniers demandent de ce fait le passage du prix de la consultation à 23 euros comme pour les spécialistes.

Les généralistes libéraux protestent également contre l’Assurance Maladie qui fait pression exclusivement sur leur profession. « L’Assurance maladie se désengage de plus en plus des soins de villes pour couvrir d’avantage les soins hospitaliers très coûteux. Nous constatons donc une baisse significative de la prise en charge des soins ambulatoires, et la population commence à se plaindre. L’assurance maladie montre du doigt uniquement les généralistes, parce que nous sommes, selon elle, responsables de 80% des prescriptions en médecine ambulatoire. Mais il ne faut pas oublier que nous représentons aussi 70% des soins dans ce domaine », s’insurge Claude Leicher, président de MG France.

Ce dernier s’inquiète aussi de l’avenir de la profession: « Un généraliste sur 10 seulement s’installe en cabinet, et il le fait de plus en plus tard dans sa carrière. Avec près de 30.000 départs à la retraite d’ici 15 ans, le déficit de médecins dans nos villes est devenu presque irréversible. L’accès aux soins, que ce soit d’un point de vue économique ou géographique est devenu extrêmement problématique… »

Le mouvement sera assez suivi sur l’ensemble du territoire, puisqu’on estime qu’entre 30% et 60% de médecins généralistes fermeront leur cabinet ce 11 mars. « La grève d’aujourd’hui n’est qu’une première étape. Suivant les réponses qui seront apportées à nos revendications, il est possible que nous reconduisions le mouvement », conclut Claude Leicher.


Laissez votre avis